Skip to content
A droite : « Le grand réveil »


L’éditorial du Figaro, par Vincent Trémolet de Villers.

Nous voilà. Ce n’est qu’un premier sondage, un instantané fragile, mais, après quatre ans de tentatives infructueuses, après des centaines de sondages montrant comme une vérité révélée le duel final entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, Valérie Pécresse, la candidate de la droite, perturbe enfin cette dialectique. Ce menu imposé reposait sur un principe, le remplacement du clivage gauche-droite par une nouvelle opposition entre progressistes et populistes, « élite » contre « peuple ». La politique disparaît au profit du seul rapport de force sociologique. Les élections municipales, régionales, départementales ont fait mentir ce théorème, mais, à chaque fois, la connaissance du « nouveau monde » a affirmé (avec le je-ne-sais-quoi supérieur qui les caractérise trop souvent) que ces vérités locales seraient nécessairement contredite par la réalité nationale…

« La droite est de retour », aime à dire Valérie Pécresse, et, à droite, le vieux décolleté. Par un paradoxe comme la politique seule

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 50% à découvrir.

La liberté, c’est aussi aller au bout d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.