Skip to content
A l’Assemblée, le camp Macron joue à « l’obstruction » pour bloquer la réinsertion des soignants non vaccinés


Ce projet de loi était défendu par l’Insoumise Caroline Fiat. THOMAS SAMSON / AFP

RÉCIT – Lors de la niche parlementaire LFI, les députés favorables à cette mesure étaient majoritaires dans l’Hémicycle, ce qui a incité les élus du camp présidentiel à jouer la montre. Rendre la fin de séance électrique.

Le vote s’annonçait serré. Ce texte du créneau parlementaire LFI avait même de grandes chances d’être adopté. « Ça peut passer, tout le monde le dit», craignait en début de soirée un stratège macroniste, voyant les bancs du camp présidentiel déserts après l’annonce par Aymeric Caron du retrait de son projet de loi visant à abolir la tauromachie.

Et le large rejet des amendements de suppression par Éric Alauzet (Renaissance) et Philippe Juvin (LR) avait donné le ton, avant 20 heures, indiquant au camp présidentiel qu’il était minoritaire sur ce sujet dans l’Hémicycle. « On n’est pas assez nombreux, on va se faire rouler», prédisait un élu de la Renaissance, inquiet de la tournure des événements.

Enfin, le projet de loi défendu par l’Insoumise Caroline Fiat visant la réinsertion des personnels des établissements de santé et de secours non vaccinés au Covid-19 n’a pas été adopté. La raison ? Il n’a pas été voté, faute de temps. Et ce, grâce à une obstruction totale…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Vendredi noir

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -Politics

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.