Skip to content
A Seclin, quarante ans de fouilles locales mettent en lumière 17 siècles d’histoire et de légendes


Fouille d’une sépulture de l’Antiquité tardive à Seclin (Nord), en mai 2022. Damien Bancal/Ville de Seclin

ARCHÉOLOGIE – De la tombe des derniers Gallo-Romains à celle perdue de Saint Piat, les chercheurs municipaux de cette commune du sud de Lille multiplient les découvertes.

En mai, une paire de squelettes est apparue au pied de la collégiale Saint-Piat. L’un était celui d’une personne qui vivait à la fin de l’époque romaine, dans ce qui était alors le nord de la Gaule. L’autre était un Mérovingien, peut-être un contemporain de Clovis. Tous deux ont été découverts lors d’une opération de fouille préventive confiée à l’un des acteurs publics les plus modestes de l’archéologie en France : le service archéologique de la ville de Seclin, commune de 12 000 habitants du sud de l’agglomération lilloise. .

« Notre structure communale a été créée dans les années 1980, ce qui fait de Seclin la première commune de moins de 15 000 habitants à disposer d’un véritable service dédié à la science du passé », dit avec fierté Guillaume Lassaunière, l’archéologue en chef de la ville. Avec son collège Jérôme Tellier, le chercheur fait partie des scientifiques invités à Amiens par la direction régionale des affaires culturelles pour animer les 25 et 26 novembre les « journées régionales…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Vendredi noir

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.