Skip to content
A Strasbourg, Elisabeth Borne défend le siège du Parlement européen


Elisabeth Borne lors de la cérémonie des 70 ans du Parlement européen mardi à Strasbourg. FRÉDÉRIC FLORIN/AFP

Le Premier ministre a rappelé l’attachement de la France au Parlement de Strasbourg, « là où bat le cœur de la démocratie ».

A Strasbourg

L’Europe comme antidote à la guerre. C’est le cas en 1952, sept ans seulement après la fin de la Seconde Guerre mondiale, et Strasbourg apparaît alors comme le symbole de la réconciliation franco-allemande. Cela reste vrai aujourd’hui. « Après la libération de Kherson, mettant fin à huit mois d’occupation russe, le drapeau européen a été hissé sur la ville »a accueilli la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, accueillant les chefs de gouvernement français, belge et luxembourgeois pour la célébration « 70 ans de démocratie européenne »ce mardi, dans la capitale alsacienne. « Face à cette guerre illégale en Ukraine, nous devons rappeler l’importance des valeurs de la démocratie qui sont les nôtres »dit-elle encore, en présence de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

« Sans vous, l’Ukraine serait seule »a assuré Volodymyr Zelensky, chaleureusement applaudi, dans son allocution devant les 705 eurodéputés des 27 Etats, tandis que…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 72% à découvrir.

Vendredi noir

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -Politics

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.