Skip to content
A Strasbourg, la commune verte met la culture en danger


Musée historique de Strasbourg. 45206285/Alexi Tauzin – stock.adobe.com

ENQUÊTE – Deux ans après l’élection du maire écologiste et de son premier adjoint d’extrême gauche, les musées ferment et les subventions aux institutions de la ville se réduisent. Cette réorientation idéologique suscite l’indignation.

Envoyés spéciaux à Strasbourg

Ce lundi 26 septembre, le conseil municipal de Strasbourg s’annonce houleux. Au programme, subventions aux associations culturelles, expositions en 2023… Sur fond de scandale après la décision de la maire Jeanne Barseghian (EELV) et de son premier adjoint Syamak Agha Babaei de fermer les musées deux jours par semaine et de réduire les subventions. Après la promesse finalement avortée de donner 2,6 millions d’euros pour la construction d’une mosquée portée par une confédération d’obédience turque, qualifiée par Gérald Darman d’intégriste, « c’est une nouvelle faute politique majeure. On sort du Covid, l’Etat a été irréprochable en matière de culture, ce n’est pas le moment pour les collectivités de lâcher prise », s’emporte Pascal Mangin, élu LR, ancien président de la culture de la région Grand Est.

Ce lundi, Pierre Jakubowicz, élu Renaissance, présentera une résolution pour « abroger cette décision brutale et incompréhensible » et assurez-vous…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 92% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.