Skip to content
Abolition de la police : un programme controversé au Collège de Maisonneuve

[ad_1]

Un article sur le définancement et l’abolition de la police publié dans un journal conçu par une association étudiante a provoqué de vives réactions au Collège de Maisonneuve, à Montréal, où sont donnés des cours de technique policière.

Intitulé « Abolir la police, comment ça marche ? », ce texte, que l’on retrouve dans l’agenda 2022-2023 du Cégep, reprend le texte d’un organisme américain.

« Le « travail » des forces de l’ordre consiste principalement en des contrôles routiers inutiles, en l’arrestation de toxicomanes non violents, en le harcèlement de personnes noires et racialisées et en la gestion superflue de délits mineurs. Toutes ces pratiques servent avant tout à maintenir la population sous le joug du système judiciaire », peut-on lire dans un extrait.

« C’est un texte qui se veut avant tout ouvrir la discussion sur le sujet. C’est peut-être provocateur, mais le définancement de la police et l’abolition de la police, qui va encore plus loin, sont des questions de société dont on parle beaucoup ces jours-ci. On a eu beaucoup de manifestations à ce sujet, donc ça touche toujours les élèves », a expliqué Ludovic Gourd, un étudiant du Collège.

Dans un communiqué transmis mercredi, le Collège de Maisonneuve a informé TVA Nouvelles qu’il n’était pas impliqué dans la création de l’agenda, en vertu de la loi sur l’agrément et le financement des associations étudiantes. Autrement dit, les associations étudiantes sont complètement autonomes et indépendantes.

Cependant, le Cégep ne cautionne pas la reprise d’un texte relatif au corps policier puisqu’il forme les futurs policiers dans le cadre de la technique.



[ad_2]

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.