actualité économiqueEntreprise

Accord conclu entre Dassault Aviation et Airbus sur l’avion de combat du futur

[ad_1]

Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, au siège du groupe à Saint-Cloud. François Bouchon / Le Figaro

MAINTENANCE – Le système de combat aérien du futur (Scaf) franchit une étape clé. Après deux fausses alertes en deux semaines, Éric Trappier, PDG de Dassault Aviation, confirme, dans un entretien exclusif avec Figaroet après avoir informé Emmanuel Macron et Sébastien Lecornu, ministre des Armées, avoir conclu un accord industriel avec Airbus, sur l’avion de combat de nouvelle génération (NGF), composante essentielle du Scaf.

Depuis un an, un différend avait opposé les deux constructeurs, ce qui avait gelé ce projet, le plus ambitieux lancé en Europe en matière de coopération en matière d’armement. Et dont l’enjeu est d’assurer la sécurité et la défense du vieux continent, en donnant un successeur au Rafale construit par Dassault Aviation* et à l’Eurofighter, développé par un consortium associant Airbus, le britannique BAE et l’italien Alenia. Après des négociations serrées, un accord a été trouvé. Il réaffirme le rôle moteur de la France, celui de maître d’œuvre et d’architecte du NGF de Dassault Aviation. Elle protège également la propriété intellectuelle des technologies et savoir-faire français. La France, pour sa part, a réaffirmé sa liberté d’exporter le NGF, un «  données connues de l’Allemagne et de l’Espagne, les deux pays partenaires du Scaf, sur lesquels La France ne reviendra pas », selon les mots de Sébastien Lecornu. L’accord industriel ouvre la voie à la signature du contrat d’étude…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

[ad_2]

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page