Skip to content
AlayaCare contraint de réduire ses effectifs


La techno montréalaise AlayaCare, dans laquelle Investissement Québec (IQ) et la Caisse de dépôt et placement du Québec ont lourdement investi, vient de procéder à d’importantes mises à pied.

Quelque 80 employés, répartis à travers le Canada, les États-Unis et l’Australie, ont vu leur poste aboli, confirmé hier à la Enregistrer, Adrian Schauer, PDG de la société.

De plus, des baux ont été résiliés – à Victoria et à New York – et des projets d’acquisition ont été suspendus ou reportés.

« C’était difficile. Personne n’aime avoir à prendre ce genre de décision. Mais maintenant que c’est fait, je me sens plus à l’aise avec notre niveau de dépenses », a déclaré son PDG dans une interview.

De la croissance à la rentabilité

Fondée en 2014, AlayaCare est spécialisée dans la conception et la vente de logiciels pour l’industrie de la santé à domicile. L’entreprise ne compte plus que 600 employés, dont 170 à Montréal.

La direction nie éprouver des difficultés financières. Elle explique plutôt sa décision par un changement de paradigme dans l’univers du capital-risque.

« Jusqu’à récemment, seule la croissance comptait », dit-il. Ce n’est plus le cas aujourd’hui ; le marché accorde désormais beaucoup plus d’importance à la rentabilité des entreprises. »

Pour AlayaCare, qui projette un chiffre d’affaires de 70 millions de dollars en 2022, ce changement s’est traduit par l’imposition d’un objectif d’atteinte de rentabilité avant fin 2023. D’où un nécessaire resserrement des dépenses et les coupes annoncées.

Investissements répétés

Les clients d’AlayaCare sont principalement des entreprises privées de soins à domicile. Les systèmes de santé publique utilisent également ses services. Au pays, l’entreprise a des clients en Colombie-Britannique, en Ontario et à Terre-Neuve, entre autres. Mais pas encore au Québec, où se trouve son siège social.

Il y a un peu plus d’un an, en juin 2021, l’entreprise a complété une ronde de financement de 225 millions de dollars, à laquelle la Caisse et Investissement Québec ont participé. Pour les deux branches financières du Québec, il s’agissait de leur troisième investissement dans AlayaCare.

La Caisse, IQ et Inovia ont investi un premier 51 M$ en 2019. Six mois plus tard, en janvier 2020, le même trio a réinjecté 37 M$.



journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.