Actualités françaises

Allemagne : démantèlement d’un réseau d’extrême droite qui voulait attaquer le Parlement

[ad_1]

Une vaste opération menée par la police allemande au sein de groupes d’extrême droite et complotistes a conduit mercredi matin au démantèlement d’une cellule planifiant des attentats, et qui visait notamment le Bundestag, la chambre basse du Parlement, a indiqué le parquet.

La répression a conduit à l’arrestation dans tout le pays de 25 personnes appartenant au mouvement des « Citoyens du Reich » (Reichsbürger). Ils sont notamment soupçonnés « d’avoir fait des préparatifs concrets pour entrer violemment au Bundestag allemand avec un petit groupe armé », ont indiqué les procureurs dans un communiqué.

« Nous soupçonnons qu’une attaque armée contre les organes constitutionnels était prévue », a commenté le ministre de la Justice Marco Buschmann dans un message sur Twitter évoquant « une vaste opération anti-terroriste ».

Quelque 3 000 membres des forces de l’ordre ont été mobilisés dans toute l’Allemagne et plus de 130 perquisitions ont été effectuées.

Outre les 25 interpellations, 27 autres personnes sont visées par l’enquête et soupçonnées d’appartenir à la cellule criminelle, selon le parquet.

« La poursuite de l’enquête déterminera s’il existe des éléments du crime de préparation d’une entreprise de haute trahison contre l’Etat », ajoutent les procureurs.

Fondée « d’ici fin 2021 au plus tard », la cellule « vise à surmonter l’ordre étatique existant en Allemagne et à le remplacer par une forme de son propre Etat », un projet qui ne peut être réalisé que « par l’utilisation de moyens militaires ». et violences contre les représentants de l’Etat », selon le communiqué du parquet de Karlruhe, chargé des affaires concernant la sûreté de l’Etat.

Ses membres sont « unis par un profond rejet des institutions étatiques et de l’ordre fondamental libéral et démocratique de la République fédérale d’Allemagne, qui a fait naître en eux, au fil du temps, la décision de participer à leur élimination par la violence et de s’engager dans des actions concrètes actes préparatoires à cet effet », décryptent les procureurs.

Ces dernières années, les autorités allemandes ont classé la violence d’extrême droite comme la première menace à l’ordre public, devant le risque djihadiste.

Au printemps, les autorités allemandes avaient démantelé un groupe d’extrême droite, soupçonné d’avoir planifié des attentats dans le pays en plus de l’enlèvement du ministre de la Santé.



[ad_2]

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page