Skip to content
Arnaud Desjardins et Mason Nyhus : deux quarts hors pair à la Coupe Vanier


LONDRES | La Coupe Vanier mettra en vedette deux quarts « phénoménaux » qui font partie de « l’élite » du football collégial au pays et qui sont au sommet de leur art.

• Lisez aussi : Huskies à apprivoiser pour le Rouge et Or

• Lisez aussi : Rouge et Or à la Coupe Vanier

Ce concert d’éloges pour les pivots Arnaud Desjardins et Mason Nyhus est venu de leurs entraîneurs-chefs. Glen Constantin et Scott Flory sont conscients qu’ils ont entre les mains la crème de la crème des quarts-arrière du réseau universitaire canadien.

Les deux athlètes ont dominé toute l’année. Ils sont les seuls à avoir en moyenne plus de 300 verges par la passe par match. Et ils ont aligné une passe de touché après l’autre.

« Je pense que ce sont deux quarts-arrière phénoménaux. Il ne fait aucun doute qu’ils font partie de l’élite du pays », se vante Flory.

Constantin a aussi parlé de « deux très bons quarts », précisant que la carrière du Rouge et Or en séries éliminatoires lui avait déjà permis de rivaliser avec de grands joueurs à ce poste.

À la Coupe Dunsmore, ils ont affronté Jonathan Sénécal, avant de côtoyer Evan Hillock à la Coupe Mitchell. « A la fin de la saison, on pourra dire qu’on a […] testé par tous les bons quart-arrière au Canada. »

Un pur passeur

Entre Desjardins et Nyhus, c’est ce dernier qui a le plus d’expérience. Vétéran de cinquième année, il a vécu l’expérience de la Coupe Vanier l’an dernier, à Québec. Une défaite de 27-21 contre les Mustangs de l’Université Western.

Le principal intéressé, fraîchement élu joueur offensif de la semaine au pays, entend cette fois quitter le terrain avec une Coupe Vanier au bout des bras cette fois.

« Nous avons dû affronter des équipes d’élite en dehors de notre conférence l’an dernier. Cette expérience va vraiment nous aider pour le match à venir », estime-t-il.

« Mason, la seule chose que je vois dans le film, c’est qu’il n’est pas le quarterback le plus courageux. Ce n’est pas un Sénécal qui peut courir. Ce n’est pas Éloa [Latendresse-Régimbald] McGill non plus. C’est un pur contrebandier qui reste dans la poche », précise Constantin.

Professionnalisme

Quant à Arnaud Desjardins, s’il n’a pas le bagage de Mason Nyhus, il profite des bons mots des vétérans qui l’entourent.

« Ils m’ont dit que ce sont des matchs très physiques où personne ne veut faire d’erreur. Il faut protéger le ballon. Nous allons devoir faire autant de gros jeux que possible parce qu’ils ne vont certainement pas nous le donner », a-t-il déclaré.

Scott Flory a pour sa part salué le très bon travail de Desjardins. Mais il n’échangerait l’expérience acquise par son propre quarterback ces dernières années pour rien au monde.

« Il est le leader de notre équipe de football. Il a été dans quelques camps de la LCF, il a vu comment ces gars se préparent, comment ils gèrent leur vie hors du terrain. Il a une excellente approche professionnelle. »

Gala All-Canadian

Trois membres du Rouge et Or seront nommés jeudi soir au Gala All-Canadian qui se tiendra à Londres. Le receveur éloigné Kevin Mital est en lice pour le prestigieux trophée Hec Creighton, décerné au joueur le plus précieux du pays. Le plaqueur Nathaniel Dumoulin-Duguay est en nomination pour le trophée JP Metras remis au joueur de ligne offensive de l’année sur le circuit universitaire canadien. Et Glen Constantin, élu entraîneur-chef de l’année au Québec, pourrait aussi être au Canada puisqu’il est candidat pour recevoir le trophée Frand Tindall.

Bref

Grâce à ses 17 plaqués, dont sept en solo, Alec Poirier a reçu le titre de joueur défensif de la semaine… Le botteur Vincent Blanchard, auteur de quatre paniers en cinq tentatives, a été élu joueur de la semaine sur les unités spéciales… Le La direction des Remparts de Québec a annoncé qu’elle diffusera le match de la Coupe Vanier sur écran géant au Centre Vidéotron avant le match du club de hockey.

ARNAUD DESJARDINS #12


Arnaud Desjardins et Mason Nyhus : deux quarts hors pair à la Coupe Vanier

Photo d’archive

Le duel entre Arnaud Desjardins et Mason Nyhus s’annonce pour la finale de la Coupe Vanier.

  • Joueur de 2e an
  • Matchs joués : 8
  • Passes tentées : 267
  • Passes terminées : 195
  • Pourcentage de passes complétées : 73%
  • Cours/jeux : 319.4
  • Affecté: 20
  • Intercepte : 4

MAÇON HYNUS #8


Arnaud Desjardins et Mason Nyhus : deux quarts hors pair à la Coupe Vanier

  • Joueur de 5e an
  • Matchs joués : 8
  • Passes tentées : 298
  • Passes terminées : 197
  • Pourcentage de passes complétées : 66,1 %
  • Cours/jeux : 344,9
  • Affecté: 18
  • Intercepte : 3

Un devoir de faciliter la tâche

Glen Constantin veut « le meilleur départ possible »

Après avoir vu son équipe revenir brillamment d’un départ catastrophique samedi dernier, Glen Constantin souhaite désormais que ses joueurs aient « le meilleur départ possible ». »

Les retours réussis sont rares lorsque vous êtes mené 17-0 dans un match. L’Université Laval a réussi l’exploit la semaine dernière, mais l’entraîneur-chef Constantin sait très bien que ça ne peut pas marcher à chaque fois, surtout dans un contexte de Coupe Vanier.

C’est pourquoi il espère que sa troupe ne « rendra pas les choses plus difficiles » en faisant des erreurs.

« Bien sûr, vous voulez avoir le meilleur départ possible pour ne pas avoir à monter ou à gagner serré », dit-il.

«Mais quand vous regardez cela, à part nos erreurs, nous déplacions toujours bien le ballon. Même si on a perdu 17-0, je n’ai pas eu l’impression qu’on était déclassés en équipe », a-t-il ajouté d’emblée, rassuré par le reste de la performance de ses ouailles à la Coupe Mitchell.

« C’est une question de mieux jouer. »


Arnaud Desjardins et Mason Nyhus : deux quarts hors pair à la Coupe Vanier

Photo Didier Debusschère

Glen Constantin interviewé après le point de presse de vendredi à Londres.

Aussi fort que l’Ouest

Et mieux jouer, ce sera nécessaire. Glen Constantin compare les Huskies de la Saskatchewan aux Mustangs de l’Université Western, « mais avec une identité différente. »

L’identité différente à laquelle le pilote du Rouge et Or fait référence est la Western Representatives Air Strike Force. Dirigée par le quart-arrière vétéran Mason Nyhus, l’attaque des Huskies a dominé le pays.

Un vétéran

En moyenne, l’attaque a gagné 479 verges à chaque match, dont près de 350 passes.

« Il en est à sa cinquième année, mais je pense qu’il fait partie du programme depuis huit ans. Cela nous donne une idée de son statut de vétéran », note Constantin à propos de Nyhus.

« La couverture des laissez-passer n’a pas de grands secrets pour lui. Il va falloir mixer nos reprises jusqu’à un certain point et pouvoir mettre la pression. »

Rendre « inconfortable »

La clé pour essayer de ralentir le jeu aérien des Huskies sera de mettre beaucoup de pression sur Mason Nyhus, croit Constantin.

« Ce que j’ai vu, c’est que personne ne fait pression sur lui dans la conférence. Ils vont se concentrer davantage sur la couverture et la pression. Je pense que c’est quelque chose que nous pouvons faire. Nous aimerions le rendre un peu plus inconfortable. »

La précieuse expérience acquise l’an dernier à la Coupe Vanier sera un allié de premier choix pour les Huskies, qui voudront certainement se venger de leur échec subi à Québec, sur le terrain de leurs adversaires samedi.

Au téléphone, l’entraîneur-chef de l’Université de la Saskatchewan, Scott Flory, est détendu. A l’écouter, on voit vite qu’il se sent privilégié de pouvoir encore jouer au football à cette période de l’année et qu’il profite du moment.

« Quand tu joues dans le froid fin novembre, quand tu es l’une des deux dernières équipes à jouer pour le championnat, c’est super », s’enthousiasme-t-il.

“Juste trop bien”

Il se sent d’autant plus reconnaissant que ses joueurs ont failli trébucher à la Coupe Uteck samedi dernier contre les X-Men de St. Fx. Le tableau de bord était de 13-13 au quatrième quart. Beaucoup auraient pensé que les Huskies ne feraient qu’une bouchée des champions de l’Atlantique.

« Nous avons fait des erreurs mentales, des erreurs, des choses que nous ne faisons pas habituellement. Nous avons pris des pénalités. Il va falloir faire moins d’erreurs », convient Flory, à la barre des Huskies depuis 2017.

L’équipe n’avait pas gagné de match éliminatoire depuis neuf ans lorsqu’il a été nommé entraîneur-chef en mars 2017. L’ancien des Huskies, avec qui il a remporté la Coupe Vanier en 1996 et 1998, est bien placé pour connaître des efforts pour devenir champion.

« Contre Laval, on sait que si on fait des erreurs comme à St-FX, ils profiteront de leurs chances. Ils sont tout simplement trop bons. »

Respect

L’ancien porte-drapeau des Alouettes de Montréal pendant 15 ans n’hésite pas à piocher dans le monde de la boxe pour qualifier l’affrontement à venir. « Ça va être un combat de poids lourds », prévient-il.

« J’ai beaucoup de respect pour l’entraîneur Constantin et ce programme de football. On sait qu’il aura bien préparé ses joueurs. »

Après une journée d’entraînement mardi, les Huskies se sont rendus à Londres mercredi. Et cette fois, pas question de prendre un vol commercial. Retards et pépins mécaniques d’un avion ont un peu trop pimenté le voyage à St-FX au goût de Scott Flory.

« Oh non ! C’est un vol charter, précise-t-il, même si l’équipe est habituée à voyager en avion pendant la saison. Nous aurons certainement le contrôle de nos déplacements. »



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.