Skip to content
« Assez indécent » de réélire un gouvernement caquiste « très majoritaire », selon Éric Duhaime


LAVAL | Insistant sur les dix « promesses non tenues » de la CAQ lors du dernier mandat, Éric Duhaime prévient les électeurs qu’il serait « assez indécent » d’accorder une « très large majorité » à ce parti le soir du 3 octobre.

• Lisez aussi : Allocation famille : QS veut donner 100 $ de plus par enfant

• Lisez aussi : « Absurde » de ne pas élire les conservateurs, selon Éric Duhaime

• Lisez aussi : Duhaime et le tram : « C’est n’importe quoi » clame le maire Marchand

« De plus en plus de gens s’inquiètent de l’élection d’un gouvernement qui serait très majoritaire. Démocratiquement, ce serait un problème d’autant plus que s’il n’a pas respecté ses engagements, il les respectera encore moins en cas de réélection », a mentionné le chef conservateur, lundi matin, lors d’un point de presse tenu à Laval.

Selon lui, « un gouvernement qui romprait les principaux engagements qu’il a pris envers le peuple et qui serait réélu avec plus de députés et plus de voix, ce serait quelque chose d’assez indécent, merci ».

M. Duhaime a énuméré dix « promesses non tenues de la CAQ ». Ce sont, selon lui, le secteur privé en santé, le 3e maillon à l’est, les listes d’attente en santé, l’exploitation des hydrocarbures, les maternelles depuis 4 ans, GNL Québec, les listes d’attente en CPE, la réforme du scrutin système, le registre des pédophiles et la réduction de la taille de l’État.

Le COVID-19 peut-il expliquer le non-respect de certains de ces engagements ? « La pandémie a le dos large », a répondu le leader conservateur.

Si les caquistes ont rompu tant de promesses, comment explique-t-il qu’ils caracolent en tête dans les sondages et que leurs intentions de vote avoisinent les 40 % ? « Il y a encore 60 % des Québécois qui ne font pas confiance à la CAQ. C’est quand ça rassure », a-t-il relativisé.

Volonté de changer

Malgré son appel urgent à élire des députés conservateurs à l’Assemblée nationale, M. Duhaime a démenti craindre un résultat décevant la semaine prochaine.

« Je n’ai pas peur. Mais il faut quand même être conscient que c’est une élection très importante. On assiste au Québec au niveau politique, a-t-il insisté. Il faut s’assurer qu’on sort de cette élection avec un portrait c’est la plus représentative de la volonté des Québécois.

Éric Duhaime s’est aussi réjoui des bons chiffres préliminaires du vote par anticipation, notamment dans les circonscriptions de la Capitale-Nationale où il a bon espoir d’être lui-même élu et de gagner le plus possible. des candidats conservateurs.

« C’est un excellent signal. Lorsqu’il y a une volonté de changement, généralement, le taux de participation augmente. Quand les gens sont satisfaits et qu’ils veulent réélire un gouvernement, généralement le taux de participation est un peu plus faible, a-t-il analysé. Il se peut qu’il se passe quelque chose. »



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.