Skip to content
Assurance rente : les retraités manifestent


Des retraités du Groupe Capitales Médias (GCM) et de la Fédération canadienne des retraités ont manifesté dimanche après-midi devant l’Assemblée nationale pour exiger la mise en place d’une assurance pour protéger les fonds de pension privés.

• Lire aussi : Pénurie de main-d’œuvre : « Il n’y a pas de salariés »

Inspirée du modèle ontarien, cette mesure servirait à protéger les retraités d’une baisse de leur rente suite à la faillite de leur ancien employeur.

Par le passé, des dizaines de milliers de retraités québécois ont vu leur rente réduite de façon importante, parfois de plus de la moitié, lorsque leur employeur a fait faillite ou s’est placé sous la protection de la Loi sur le régime du travail. créanciers.

« C’est arrivé à des retraités de Nortel, Papiers White Birch, Sears Canada et, plus récemment, Groupe Capitales Médias; dans ce dernier cas, près de 1 200 participants au régime ont perdu entre 20 et 30 % de leur rente », a détaillé Sylvain Gaudreault, député de Jonquière et porte-parole du Parti québécois pour le travail.

Le Québec n’a pas de mécanisme pour aider les retraités, contrairement à l’Ontario qui couvre la perte de rentes jusqu’à 1 500 $ par mois.

Assurance rente : les retraités manifestent

De concert avec les actuaires et l’Observatoire de la retraite, la Fédération canadienne des retraités a estimé que le total des déficits de solvabilité des régimes de retraite à prestations déterminées au Québec était de 26,8 milliards de dollars en 2019, une somme que les entreprises n’ont plus à rembourser depuis 2016.

Le Québec pourrait toutefois mettre en place une assurance rente avec seulement 1,5 % du « don » de 26,8 milliards de dollars fait aux entreprises, a estimé la Fédération.

Plus de transparence requise

Les retraités ont demandé au gouvernement du Québec plus de transparence en matière de retraite. Les associations ont notamment demandé au ministre des Finances, Eric Girard, de rendre public l’état de tous les déficits de solvabilité des régimes de retraite à prestations déterminées au Québec.

Ils ont également déploré l’absence de réponse du premier ministre François Legault à la demande de la Fédération canadienne des retraités de mettre sur pied un comité d’experts sur l’assurance de rentes.

VOIR ÉGALEMENT

journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.