Skip to content
Au Guatemala, un millier de pièces mayas saisies à des trafiquants américains


Les enquêteurs ont trouvé « 722 objets de tailles et de matériaux variés, comme du jade et du basalte », ainsi que « 500 pièces archéologiques (en pierre) ».

Les autorités guatémaltèques ont saisi plus d’un millier d’artefacts mayas préhispaniques au domicile de deux Américains récemment arrêtés dans le pays pour trafic d’objets archéologiques, a indiqué jeudi un communiqué du ministère guatémaltèque de la Justice.

Des enquêteurs retrouvés chez eux à Antigua Guatemala, à 45 km au sud-ouest de la capitale, «722 objets de différentes tailles et matériaux, tels que le jade et le basalte« , aussi bien que « 500 pièces archéologiques (en pierre) de petite taille», indique le communiqué. Stephanie Allison Jolluck, 49 ans, et Giorgio Salvador Rossilli, 62 ans, ont été arrêtés dimanche soir 13 novembre à Antigua Guatemala dans le cadre d’une enquête sur un trafic d’objets archéologiques.

Dans leur véhicule, quelque 166 pièces archéologiques mayas précolombiennes ont été trouvées. Tous deux ont été libérés sous caution avec interdiction de quitter le territoire. Stephanie Allison Jolluck a été arrêtée une première fois vendredi 11 novembre à l’aéroport international de la capitale guatémaltèque alors qu’elle tentait de quitter le pays avec deux pièces archéologiques en pierre taillée d’origine maya.

La civilisation maya, qui s’étendait de l’actuel sud du Mexique à El Salvador en passant par ce qui est aujourd’hui le Guatemala, le Honduras et le Belize, a atteint son apogée au cours de la « Période classiquede 250 à 900 de l’ère chrétienne, avant d’entrer en décadence, de 900 à 1200.

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.