Skip to content
Au moins 108 civils tués jusqu’à présent en janvier dans des frappes aériennes au Tigré, selon l’ONU
 | Mises à jour de dernière minute

Derniers titres d’actualités Titres d’aujourd’hui

Publié le:

Au moins 108 civils ont été tués ce mois-ci dans une série de frappes aériennes dans la région du nord du Tigré en Éthiopie, déchirée par la guerre, ont annoncé vendredi les Nations Unies.

L’ONU a également mis en garde contre une catastrophe humanitaire imminente dans la région, avec ses opérations de distribution de nourriture sur le point de s’arrêter.

Le bureau des droits de l’homme de l’ONU a exhorté les autorités éthiopiennes à assurer la protection des civils, affirmant que des attaques disproportionnées visant des cibles non militaires pourraient constituer des crimes de guerre.

Le nord de l’Éthiopie est en proie à un conflit depuis novembre 2020, lorsque le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé des troupes dans le Tigré après avoir accusé le parti au pouvoir de la région, le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), d’attaques contre des camps de l’armée fédérale.

« Nous sommes alarmés par les multiples rapports profondément troublants que nous continuons de recevoir sur les victimes civiles et la destruction d’objets civils résultant des frappes aériennes dans la région du Tigré en Éthiopie », a déclaré la porte-parole du bureau des droits de l’homme, Liz Throssell, aux journalistes à Genève.

« Au moins 108 civils auraient été tués et 75 autres blessés depuis le début de l’année, à la suite de frappes aériennes qui auraient été menées par l’armée de l’air éthiopienne.

Elle a détaillé une série de frappes aériennes, dont l’attaque du 7 janvier contre le camp de personnes déplacées de Dedebit, qui a fait au moins 56 morts et 30 autres blessés, dont trois sont décédés plus tard à l’hôpital.

Lundi, 17 civils auraient été tués et 21 blessés après une frappe aérienne contre une minoterie, et mardi, l’institut public d’enseignement et de formation techniques et professionnels a été touché, tuant trois hommes, a déclaré Throssell.

De nombreuses autres frappes aériennes ont été signalées la semaine dernière, a-t-elle ajouté.

« Nous appelons les autorités éthiopiennes et leurs alliés à assurer la protection des civils et des biens civils, conformément à leurs obligations en vertu du droit international », a déclaré Throssell.

« Le non-respect des principes de distinction et de proportionnalité pourrait s’apparenter à des crimes de guerre.

Pendant ce temps, le Programme alimentaire mondial de l’ONU a déclaré que ses distributions étaient à un niveau record, l’escalade du conflit signifiant qu’aucun convoi du PAM n’a atteint la capitale tigréenne Mekele depuis la mi-décembre.

« Les opérations d’aide alimentaire vitales dans le nord de l’Éthiopie sont sur le point de s’arrêter en raison des combats intenses dans le quartier qui ont bloqué le passage du carburant et de la nourriture », a déclaré à la presse le porte-parole du PAM, Tomson Phiri.

« Après 14 mois de conflit dans le nord de l’Éthiopie, plus de personnes que jamais ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence.

« Sans nourriture, sans carburant, sans accès, nous sommes au bord d’une catastrophe humanitaire majeure.

(AFP)


Titres d’aujourd’hui Actualités Yahoo
france24 en2fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.