Skip to content
Avril : d’un passe-temps à un supermarché

[ad_1]

Les supermarchés santé Avril ont peut-être un nom en français, mais jusqu’à récemment, je ne savais pas qu’il s’agissait d’une entreprise québécoise.

Quand j’ai vu la bannière arriver au Québec il y a quelques années, c’était un si gros magasin que j’avais l’impression d’un succès venu d’ailleurs. Et la co-fondatrice Sylvie Senay me dit que cette impression est courante. C’est un constat assez plat, comme si nous avions encore du mal à croire à nos réussites entrepreneuriales…

À la veille d’inaugurer un onze avril sur le boulevard Laurier à Québec, au coût de 10 millions de dollars et couvrant une superficie de 36 000 pieds carrés, la femme d’affaires est fière du chemin parcouru depuis la fondation de l’entreprise. en 1995.

« Nous ne savions pas que le bio allait devenir tendance quand nous avons commencé, et peut-être avons-nous contribué à la vague sans vraiment nous en rendre compte. Nous en sommes fiers !  » elle dit.

Démocratiser le bio

Tout a commencé comme un passe-temps. Sylvie travaillait dans le secteur bancaire et son mari, Rolland Tanguay, était entrepreneur en construction à la naissance de leur couple, un an avant le début de l’aventure commerciale. Sylvie a refusé d’être mutée dans un autre lieu de travail et a pris un congé sabbatique. Puis, Rolland a entendu parler d’un magasin de produits naturels à vendre à Granby. Voyant cela comme un grand passe-temps, Sylvie l’a acheté. Elle s’y plonge avec passion et de rénovation en agrandissement, Rolland décide de la rejoindre deux ans plus tard pour faire grandir l’entreprise. Le Panier Santé est ainsi devenu Avril, évocateur des beaux jours.

« Nous voulions démocratiser les produits bio et naturels. Les gens disent toujours que le bio coûte cher, et nous voulions arrêter cette croyance. Et nous allons bien. On nous dit que ce n’est pas cher, même qu’on a parfois des légumes moins chers que dans les épiceries traditionnelles », observe Sylvie Senay.

La puissance d’achat d’Avril, qui possède son centre de distribution depuis 2018, lui permet de négocier de bons prix et même de s’approvisionner directement auprès de certains fournisseurs. Les rabais sont remis aux consommateurs. D’ailleurs, ce sont eux qui ont fait sortir Avril de Granby.

« Des gens sont venus de Longueuil, de Sherbrooke et même de Québec pour faire le plein chez nous parce que nous étions connus pour avoir de bons prix. C’est à force d’être sollicités pour des magasins dans ces villes et d’autres que nous avons développé dans d’autres régions », explique l’entrepreneur.

Croissance

À 67 ans, elle aime toujours travailler et a un fort appétit pour la croissance. Elle et son mari poursuivent l’objectif d’ouvrir deux magasins par année, après ceux de Saint-Bruno et de Montréal l’an dernier. L’alimentation est une industrie très compétitive, mais le duo n’a pas l’impression de se battre contre des géants car ils ont leur propre créneau. Mais alors, imaginez la convoitise que ses magasins doivent susciter !

« Nous sommes très surveillés par les autres enseignes, avoue Sylvie. Mais nous préparons notre relève en interne, nous avons autour de nous des personnes compétentes. »

Elle précise qu’elle n’est pas près d’arrêter car la passion et la santé sont là. Et comme le dit son mari, le travail ne fait pas mourir !

Avril

  • Année de fondation: 1995
  • Fondateurs : Sylvie Senay et Rolland Tanguay
  • Lieu de siège social : Granby
  • Secteur d’activité : Alimentation
  • Numéro des employés: 1000

PROFIL DE SYLVIE SENAY

  • Emploi : Co-fondateur
  • Âge : 67 ans
  • Éducation: Certificat en gestion



[ad_2]

journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.