Skip to content
Bardella annonce qu’il poursuivra pour diffamation « ceux qui insinuent » que le RN a des liens avec la Russie


Le président par intérim du parti de la flamme veut en finir avec « cette petite musique » alimentée par l’ancien emprunt russe contracté en 2014.

Le Rassemblement national durcit le ton. Depuis des années, le prêt contracté par le parti auprès d’une banque russe en 2014 alimente les critiques, ciblant les liens privilégiés qui seraient entretenus avec le pays dirigé par Vladimir Poutine. Pendant la campagne présidentielle, le débat entre les deux tours a vu Emmanuel Macron reprocher à Marine Le Pen de «dépendent du pouvoir russe et de M. Poutine». Au micro de France Inter jeudi 29 septembre, le président par intérim, Jordan Bardella, a toutefois fait part de son agacement. Il annonce que désormais, ces «accusations diffamatoiresferont systématiquement l’objet de poursuites judiciaires.

Le prêt russe était-il unnon-lieu en remerciement pour les déclarations de Marine Le Penen faveur du pouvoir ? « Il y a un peu assez de cette musique qui vise à nous discréditer ainsi, à remettre en question notre intégrité, notre probité», a rétorqué Jordan Bardella aux journalistes qui l’ont interrogé sur le sujet. « Tous ceux qui insinuent (ça), nous les condamneronsil a averti. Tout le monde, sans la moindre exception.»

« Depuis plusieurs années maintenanta poursuivi le député européen, le RN n’a trouvé aucun prêt bancaire auprès des banques françaises et des banques européennes. Il y a donc un paradoxe à nous empêcher de trouver des financements auprès des banques françaises et à nous reprocher de chercher à l’étranger.« Selon Jordan Bardella, « il est vrai qu’en 2015 nous avons contracté un emprunt auprès d’une banque tchéco-russe« . Mais celui-ci a depuisa fait faillite», «preuvequ’elle n’était pas proche de Vladimir Poutine.

Pour se distancer un peu plus de la Russie, les députés du parti ont récemment demandé à l’Assemblée nationale de mettre en place une commission d’enquête parlementaire. Cela devrait concerner « ingérence étrangère dans les partis politiques français« .

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.