Skip to content
Ben & Jerry’s ne parvient pas à bloquer le retour de ses glaces dans les colonies israéliennes


L’entreprise avait décidé en juillet 2021 de ne plus distribuer ses produits surgelés dans ces zones.

Le groupe américain Ben & Jerry’s, qui avait pris la décision inhabituelle de porter plainte contre sa maison mère Unilever pour bloquer une opération ouvrant la voie à la reprise officielle de la vente de ses glaces dans les colonies israéliennes des Territoires palestiniens, a vu sa demande a été rejetée lundi. La société n’a pas « n’a pas réussi à démontrer » que la transaction lui causerait « préjudice irréparable »selon la décision d’un juge new-yorkais consulté par l’AFP.

Elle avait décidé en juillet 2021 d’arrêter la distribution de ses produits glacés dans les zones en cause, estimant qu’il n’était pas « compatibles » avec son « valeurs ». Mais le détenteur de la licence de la marque en Israël, Avi Zinger, avait contrevenu à ces directives en continuant à distribuer dans les colonies les glaces Ben & Jerry’s produites par son usine de la banlieue de Tel-Aviv.

Et Unilever a annoncé fin juin avoir vendu son « des intérêts commerciaux en Israël » à Avi Zinger, ouvrant la voie à la reprise officielle des ventes de la marque dans ces domaines. Aussi Ben & Jerry’s, arguant qu’une telle opération menaçait « l’intégrité de la marque » et son « l’intégrité sociale »avait demandé le 5 juillet que tout accord permettant la distribution ou la vente de ses produits en Cisjordanie soit dissous et que toute transaction allant dans ce sens soit soumise à l’avenir au feu vert de son conseil d’administration.

Mais il est « trop spéculatif » déterminer à l’avance que les nouveaux propriétaires de la marque en Israël pourraient promouvoir sa crème glacée avec des messages « en contradiction » avec ceux de ses créateurs, estime le juge. Et la possibilité que les clients soient « déconcerté » par les positions de Ben & Jerry’s est « réduite »il ajoute.

Fondée en 1978, Ben & Jerry’s est une entreprise connue pour ses engagements progressistes, de la protection de l’environnement au respect des droits de l’homme en passant par la question des inégalités. Lorsqu’elle a été rachetée par Unilever en 2000, elle s’était expressément réservée le droit de préserver son « intégrité » avec un conseil d’administration indépendant. Contacté lundi par l’AFP, Ben & Jerry’s n’a pas souhaité commenter dans l’immédiat la décision du juge. Unilever n’a pas répondu à une sollicitation de l’agence.

VOIR ÉGALEMENT – « C’est vraiment le produit de l’été » : la saison des glaces officiellement ouverte

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.