Skip to content
Bolsonaro maintient son soutien au marché


Sao Paulo, cœur économique et industriel du Brésil. NELSON ALMEIDA/AFP

Lula, grand favori du scrutin, bénéficie du ralliement d’une partie du patronat.

Rio de Janeiro

Les analystes ont appelé cela « l’effet Meirelles ». Lorsque l’ancien président de la Banque centrale et ministre des Finances du Brésil a annoncé la semaine dernière, à dix jours du premier tour de l’élection présidentielle, son soutien à Luiz Inacio Lula da Silva, les conséquences ont été immédiates : l’indice de la Bourse de Sao Paulo Le change a augmenté et le dollar a baissé. Signe que l’ex-président de gauche – donné comme vainqueur dans tous les sondages depuis des semaines – n’est plus un épouvantail pour les marchés financiers qui ont massivement voté pour Jair Bolsonaro en 2018. Il est vrai qu’Henrique Meirelles accorde au candidat un poids lourd garantie : il est l’auteur de la mesure qui instaure un plafond des dépenses publiques, une garantie de responsabilité fiscale à l’heure où le Brésil est un malade qui sort de l’hôpital sans être vraiment guéri et qui risque une forte rechute, pour reprendre l’expression de un économiste.

Sans aller jusqu’au ralliement public à Lula, grands noms du capitalisme…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.