Skip to content
Borrell déclare que les membres de l’UE sont d’accord sur la suspension de l’accord de visa pour les Russes

Le plus haut diplomate de l’Union européenne, Josep Borrell, a déclaré que les 27 membres du bloc avaient accepté de suspendre un accord avec la Russie, qui avait facilité l’obtention de visas touristiques par les Russes, en guise de sanction à l’invasion non provoquée de l’Ukraine par Moscou.

Borrell a annoncé la décision, qui ne correspond pas à l’interdiction totale de délivrance de visas demandée par certains pays, mardi après le deuxième jour d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE dans la capitale tchèque.

Un accord sur les visas de 2007 visant à assouplir les conditions d’entrée dans l’UE pour les Russes a été partiellement suspendu fin février, ciblant des personnes proches du président russe Vladimir Poutine, telles que les délégations officielles russes et les titulaires de passeports diplomatiques. Mais cela n’a pas touché les soi-disant «Russes ordinaires», leur permettant de continuer à bénéficier des avantages de la facilitation des visas de l’UE, tels que la réduction des temps et des coûts d’attente et la nécessité de présenter moins de documents lors de la demande.

Les pays qui partagent des frontières avec la Russie – les États baltes, la Pologne et la Finlande – ont mené la campagne en faveur d’interdictions plus restrictives de visas pour les touristes russes. Le service aérien étant interdit par l’UE sur les vols en provenance de Russie, la plupart des voyageurs utilisent leurs frontières terrestres pour se rendre dans d’autres pays de l’UE.

Borrell a déclaré que l’accord vise à empêcher les Russes de « visa shopping » en demandant leurs documents de voyage avec des pays du bloc où les règles ne sont pas aussi strictes. Une fois obtenu un visa pour un pays de l’UE, le titulaire du document peut alors voyager librement dans l’espace Schengen de l’UE.

La suspension du pacte rend le processus de visa de l’UE plus compliqué, plus coûteux et plus bureaucratique, ainsi que l’augmentation des délais d’attente pour l’approbation, selon les directives de la Commission européenne.

L’Allemagne et la France ont mené l’autre côté du débat, affirmant que la limitation des visas aux Russes serait contre-productive alors que l’UE tente de se battre pour le « cœur et l’esprit » des Russes qui ne soutiennent pas l’agression de Moscou contre l’Ukraine.

Kyiv a appelé le bloc à interdire la délivrance de visas à tous les Russes, à l’exception des dissidents politiques.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a déclaré à RFE/RL dans une interview le 30 août que « qualifier cette guerre de « problème de Poutine » et non de problème de la société russe qui soutient principalement son président est une illusion ».

Les 27 membres de l’UE devaient accepter toute mesure adoptée qui limiterait la délivrance de visas dans tout le bloc.

voanews eurp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.