Actualités françaises

Bruno Retailleau, un challenger qui peut y croire

[ad_1]

Bruno Retailleau, le 26 novembre, au Conseil national des républicains GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

POUR ANALYSER – Le président du groupe LR au Sénat s’est qualifié dimanche avec 34,45% des voix. Il affrontera Eric Ciotti au deuxième tour.

Pari réussi. En franchissant le premier scrutin dimanche soir, Bruno Retailleau vient-il de s’ouvrir un chemin vers la victoire dans une semaine ? Le parlementaire vendéen, président des sénateurs LR, avait hésité jusqu’au dernier moment avant de se lancer dans l’aventure de la présidence des Républicains. Comme il l’a rappelé à de nombreuses reprises lors d’une campagne menée à plein régime, le président de Force Républicaine (l’ancien parti de François Fillon) avait regretté le renoncement de Laurent Wauquiez à briguer cette présidence LR. Il y voyait la bonne solution pour rallier les troupes autour d’un projet pour 2027, sans penser que le mouvement devait le propulser trop tôt au poste de candidat officiel de la droite. Un argument qui a fait mouche auprès d’une partie des électeurs, heureuse de voir qu’Eric Ciotti ne s’est pas qualifié au premier tour. « Où est l’effet Wauquiez ?», ironisait dimanche soir un ténor du parti.

« LR est une marque morte »

Prenant acte de la décision…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 83% à découvrir.

La liberté c’est aussi aller au bout d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

[ad_2]

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page