Skip to content
Camaïeu placé en liquidation judiciaire par le Tribunal de Commerce de Lille, 2600 postes supprimés


Les 511 magasins de la marque de prêt-à-porter nordiste seront fermés. L’annonce a déclenché des larmes parmi les employés présents dans la salle.

Coup dur pour les 2 600 salariés de Camaïeu. Mercredi, le tribunal de commerce de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de l’enseigne de mode féminine, propriétaire de 509 magasins. Camaïeu était en redressement judiciaire depuis le 1euh août. Lundi, la direction a demandé à l’Etat une avance remboursable de 48 millions d’euros, afin de boucler son plan de continuité d’activité. Mais Bercy a dit « niet », jugeant que cette demande n’était pas « réaliste »et que l’État ne pouvait « ne remplace en aucun cas les actionnaires » – dans ce cas Hermione People & Brands (HPB).

Un refus maintenu, même si HPB s’est dit prêt mercredi matin à remettre de l’argent à condition d’obtenir une aide publique et la région Hauts-de-France a annoncé qu’elle était prête à aider. « Si l’actionnaire n’est prêt à investir que 5 millions sur les 80 nécessaires, le plan est très risqué ; et l’État ne peut pas prendre ce risque »on insiste à Bercy. « Le plan de relance était très mal instruit, avec un business plan d’une page. Je suis désolé d’en arriver là. »a déclaré le ministre délégué à l’Industrie, Roland Lescure, après la décision de justice.

VOIR ÉGALEMENT – « Trahison, mensonges, manipulation ! » : la liquidation judiciaire de Camaïeu scandalise les salariés

La marque d’entrée et de milieu de gamme souffre de la désaffection des Français pour l’achat de vêtements. En pertes, il est très endetté. Et elle doit payer ses loyers de confinement, suite à une décision de juin de la Cour de cassation. Camaïeu avait déjà été placée en redressement judiciaire à l’été 2020, avant d’être reprise par la Financière immobilière bordelaise (FIB) de l’homme d’affaires Michel Ohayon, maison mère de HPB. Les offres de reprise sont toujours possibles. Mais il y a fort à parier qu’elles ne concerneront pas tous les magasins. De nombreux employés resteront sur le carreau. L’État leur a promis un soutien.

VOIR ÉGALEMENT – Camaïeu, en cessation de paiements, placée en redressement judiciaire

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.