Skip to content
ce qui attend les spectateurs dans les cinémas


Chaque cinéma devra désigner un référent énergie qui vérifiera et coordonnera la mise en place des mesures. Natalia KOLESNIKOVA / AFP

Plus de climatisation dans les salles à moins de 26 degrés à l’extérieur, 19 degrés maximum en hiver, façades plongées dans le noir la nuit, moins d’affichages dynamiques… Des changements drastiques attendent les spectateurs dans les salles obscures.

Réunis en congrès à Deauville, les patrons de quelque 2000 cinémas français ont pris une série de mesures radicales visant à réduire d’urgence leurs factures d’électricité et de gaz. Le 5 septembre, Emmanuel Macron a demandé à tous les Français de réduire de 10 % leur consommation d’énergie. Dans le domaine de la culture, les cinémas sont à l’avant-garde car « L’art du cinéma est la lumière. Nous ne pouvons pas projeter de films à la lueur des bougies.souligne Marc-Olivier Sebbag, secrétaire général de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF).

« Les salles de cinéma sont insonorisées donc calorifugées, mais entre les projecteurs, la ventilation des cabines de projection et les salles, l’électricité représente entre 3 à 5 % de notre chiffre d’affaires. Avec l’explosion des prix, ce taux va bondir à 15-20% ». Avec l’effet ciseau dû à la baisse de 30% de fréquentation, la situation est intenable.

Pour les téléspectateurs, beaucoup de choses vont changer. « La nuit quand les cinémas seront fermés, leurs enseignes s’éteindront », annonce par exemple Marc-Olivier Sebbag, secrétaire général de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF). Tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, la signalisation numérique sera limitée. Sur la rive gauche à Paris, les écrans géants à messages et extraits de films au-dessus du Pathé Alésia comme sur les deux façades des Fauvettes pourraient rester dans le noir. Idem pour l’UGC X conçu dans un style moucharabieh et conçu pour être le phare de ce nouveau quartier du nord de Paris.

VOIR ÉGALEMENT – « Fin de l’illumination de la tour Eiffel », « extinction des monuments publics », Anne Hidalgo détaille son plan de sobriété énergétique

Accepter l’inconfort de la chaleur devant un spectacle

Dans la chambre, la climatisation sera arrêtée s’il fait moins de 26 degrés. Une mesure radicale pour laquelle il faudra étudier les retours des spectateurs. Les directeurs de théâtres et d’opéras à l’italienne, dont la plupart ne sont pas climatisés, l’admettent volontiers : lorsqu’il fait chaud dehors, le confort de leurs spectateurs est nettement dégradé et il faut une excellente programmation pour accepter l’inconfort de la chaleur. devant un spectacle.

En concert comme au théâtre et au cinéma, la température la plus confortable une fois assis devant un spectacle qui dure deux à trois heures est de 19 degrés. C’est aussi la nouvelle température choisie par les cinémas pour l’hiver : 19 degrés sera la température maximale de chauffage. La climatisation sera également limitée dans les halls. Enfin, autre changement majeur, les cinémas vont réguler leurs horaires en fonction du flux de public. Comme c’était déjà le cas dans certains multiplexes lors de la réouverture des salles après la pandémie, les séances du matin et de fin de soirée pourraient être annulées.

Nomination d’un référent énergie

Les autres mesures de réduction de la facture énergétique ne seront pas visibles du public. En l’absence de spectateurs, les lumières des salles et des halls seront éteintes. Comme à la Philharmonie de Paris, les équipes de nettoyage et de sécurité devront se contenter d’éclairages de sécurité. Ils ne bénéficieront également plus de la climatisation. Comme dans toute entreprise ou foyer privé, chacun devra éteindre les lumières en quittant une pièce et débrancher les machines qui n’ont pas à être en veille. Enfin, chaque cinéma devra désigner un référent énergie qui vérifiera et coordonnera la mise en place des mesures.

Voici les mesures immédiates. A moyen terme, dix ans après le passage aux projecteurs numériques, les cinémas envisagent à nouveau de changer l’intégralité du parc. Cette fois, il s’agirait d’investir dans des projecteurs laser, à lumière froide. Il y aura donc moins besoin de ventilation dans les cabines de projection. Changer de parc ne sera pas facile. Le redéploiement sera mondial, il n’y a que trois fabricants et ces appareils sont actuellement très chers.


VOIR ÉGALEMENT – Conseils de rentrée : qu’est-ce qu’on va voir au cinéma ?

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.