Skip to content
ces matchs surprises dans l’histoire de la compétition


Des États-Unis-Angleterre en 1950 à Argentine-Arabie saoudite en 2022, retrouvez sept surprises dans l’histoire de la Coupe du monde.

Qui dit coupe du monde, dit surprise. Et le coup de tonnerre de l’Arabie saoudite face à l’Argentine (2-1) mardi à Doha n’est pas le premier dans le ciel de l’histoire de la compétition. De la victoire des États-Unis sur l’Angleterre en 1950 au succès des Green Falcons face aux coéquipiers de Messi, retrouvez sept surprises dans l’histoire de la Coupe du monde.

1950 : États-Unis-Angleterre (1-0), l’amateur haïtien

Après avoir boudé les trois premières éditions de la Coupe du monde, les inventeurs du football daignent enfin y participer. Après une victoire face au Chili (2-0), les Three Lions se sont laissés surprendre par les amateurs américains et un but sur une déviation de Joe Gaetjens, d’origine haïtienne. Trop confiant, l’entraîneur anglais Walter Winterbottom avait ménagé son meilleur joueur, Stanley Matthews, pour ce match qui ne devait être qu’une formalité. la Quotidien Express proposait même dans ses pages de laisser trois buts d’avance au « Équipe des États-Unis« . Humilié, c’était la dernière fois que l’Angleterre jouait avec un maillot bleu.

1966 : Corée du Nord-Italie (1-0), l’Asie à l’honneur

Seule équipe ni européenne ni sud-américaine en Coupe du monde, la Corée du Nord est une grande inconnue. Corrigé par l’URSS (3-0) et sauvé contre le Chili par une égalisation en fin de match (1-1), il ne devrait pas peser lourd face au « Nationalde Sandro Mazzola et Gianni Rivera. Et pourtant Pak Doo-ik surprend la défense italienne d’un tir croisé. Le public de la ville ouvrière de Middlesbrough se range du côté du pays communiste, qui joue d’ailleurs dans le rouge comme le «Boro» local. La Corée du Nord va encore rêver en quart de finale en menant 3-0 face au Portugal, avant d’être terrassée par un quadruplé d’Eusebio (5-3 score final).

1982 : Algérie-RFA (2-1), l’exploit raté

Pour la première fois, une nation africaine bat un grand européen, un séisme à l’échelle du football. Rabah Madjer a ouvert le score et Lakhdar Belloumi a redonné l’avantage aux Verts après le but de Karl-Heinz Rummenigge. « Nous n’avions aucun doute après cette égalisation», a raconté le capitaine de l’Algérie, Ali Fergani, à Jeune Afrique. « On aurait pu craquer, mais on a tenu malgré la pression allemande« . Malheureusement, cet exploit est entaché par le « match de la honteensuite, où la RFA bat l’Autriche (1-0), claque le score nécessaire pour qualifier les deux équipes européennes.

1990 : Cameroun-Argentine (1-0), les Lions domptent Maradona

L’Argentine a déjà connu une énorme surprise lors de la Coupe du monde à ses dépens. Lors du match d’ouverture de 90, à Milan, l’équipe de l’immense Diego Maradona, champion du monde en titre et favori pour lui succéder, a été dévorée par le « Lions indomptablesdu Cameroun. Une tête de François Omam-Biyik, sur une extension extraordinaire, a surpris le gardien Nery Pumpido. Son cousin André Kana-Biyik puis Benjamin Bassing ont écopé d’un carton rouge en fin de match où les Camerounais ont joué des coudes et des tacles pour tenir le résultat. Confiants par ce départ en fanfare, les Lions iront en quarts (défaite face à l’Angleterre 3-2 ap), première équipe africaine à atteindre ce niveau.

2002 : Sénégal-France (1-0), la malédiction des champions du monde

C’est là que la malédiction commence. La France, alors championne du monde en titre, a inauguré la compétition 2002 par un match contre le Sénégal. Si les Lions de la Teranga disposent d’un bel effectif, les Bleus restent favoris, voulant réaliser le doublé. Pourtant, c’est le Sénégal, avec l’accélération fulgurante d’El-Hadji Diouf pour effacer Leboeuf qui fait la différence. Il sert parfaitement Bouba Diop, qui marque en deux temps. Le poste de Trezeguet et la barre d’Henry n’y changeront rien. Les Bleus seront éliminés de la compétition dès le premier tour.

2002 : Corée du Sud-Italie (2-1 but en or) et l’arbitrage discutable de Byron Moreno

Encore une mauvaise surprise coréenne pour le « Azzuri», balayée cette fois par la Corée du Sud, boostée à domicile pour le premier 8e de finale de son histoire. Le pays hôte (avec le Japon) ira même jusqu’en demi-finale, battu par l’Allemagne (1-0).

Cette fois le héros s’appelle Ahn Jung-hwan, auteur du but en or à trois minutes de la fin des prolongations (117e). Dans une rencontre pleine de suspense, la Corée avait déjà égalisé en toute fin de temps réglementaire par Seol Ki-yeon (88e). L’autre héros du match, dans le rôle du méchant, est l’arbitre équatorien Byron Moreno, qui s’est retrouvé en prison des années plus tard pour trafic de drogue. Beaucoup de ses décisions ont rendu les Italiens fous, du but en or refusé à Damiano Tommasi pour un hors-jeu limite au deuxième jaune de Francesco Totti pour simulation, alors que tout le Boot avait vu un penalty.

2022 : Argentine-Arabie Saoudite (1-2), les Falcons s’envolent

C’est la première surprise de la Coupe du monde 2022. Les coéquipiers de Lionel Messi arrivent au Qatar invaincus depuis 36 matchs. Parmi les favoris de la compétition, ils affrontent la modeste équipe d’Arabie Saoudite (51e au classement FIFA) pour le premier match du groupe C. Rapidement, Lionel Messi ouvre le score sur penalty (10e). Les Argentins dominaient alors nettement la première période, sans parvenir à faire le break. Au retour des vestiaires, cinq minutes suffiront à renverser la vapeur. Al Shehri a d’abord réduit la marque d’une frappe qui est venue se loger dans le petit filet de Martinez (48e, 1-1). Pas le temps de souffler, les Green Falcons, encouragés par leurs supporters en feu, ont pris les devants grâce à une superbe frappe enroulée d’Al Dawsari (53e, 1-2). Messi et ses coéquipiers ont ensuite poussé, sans parvenir à égaliser.

Tous les vainqueurs de la Coupe du monde depuis 1930

Accéder au diaporama (21)

lefigaro -sports

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.