Skip to content
c’est aussi un problème à Bruxelles


Comme en Autriche, en Australie et en Guadeloupe, des manifestations ont secoué les capitales belge et danoise samedi et dimanche.
Comme en Autriche, en Australie, aux Pays-Bas et en Guadeloupe, les manifestations se sont poursuivies samedi et dimanche dans les capitales belge et danoise.
Les restrictions sanitaires imposées dans de nombreux pays pour tenter d’endiguer la pandémie sont de moins en moins acceptées par une frange de la population.
On l’a vu récemment en Autriche, en Australie, aux Pays-Bas et surtout en Guadeloupe où de violents affrontements opposent manifestants et forces de l’ordre.
Samedi soir, quelque 1200 personnes ont manifesté dans les rues de Copenhague, au Danemark, au nom de la « liberté ». Aucun blessé, apparemment, aucun dégât majeur, mais une dizaine d’interpellations. De nouvelles manifestations ont eu lieu samedi à La Haye, aux Pays-Bas, après les émeutes de Rotterdam la veille.

Rumble à Bruxelles

Dans la capitale belge, ce dimanche, entre 35 et 40.000 personnes se sont rassemblées au nom de la liberté, entravées, selon elles, par les restrictions anti-Covid imposées par les autorités. Ils protestent contre le pass sanitaire et contre la vaccination obligatoire de certaines professions avec le slogan « Assez » !
En début d’après-midi, alors que le cortège suivait un parcours balisé à l’avance, certains individus ont voulu s’en écarter en arrivant au carrefour formé par l’avenue des Arts et la rue Joseph II. C’est alors qu’il y a eu quelques heurts avec la police. Feux d’artifice et mortiers contre les gaz lacrymogènes et les canons à eau.
Mais peu après, le gros du cortège arriva rue de la Loi, au cœur même des institutions européennes où étaient prévus les discours. C’est là que les affrontements ont eu lieu (voir vidéo ci-dessous).

Le GIGN et le RAID en Guadeloupe

Malgré l’envoi de deux cents policiers et gendarmes supplémentaires avec le renfort du RAID et du GIGN, la situation reste tendue en Guadeloupe. Les barrages routiers, les incendies de véhicules et le pillage des magasins se sont poursuivis ces dernières heures. Plusieurs dizaines d’arrestations n’ont pas calmé les émeutiers, bien au contraire.
La grève générale illimitée contre le pass sanitaire décrétée lundi et les mauvaises conditions de vie sur l’île depuis trop longtemps alimentent la haine et l’envie de se battre avec les autorités.



Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.