L'Europe

« C’est une honte et cela affaiblit l’Europe »: les députés réagissent au scandale de corruption

[ad_1]

L’arrestation de quatre personnes dans le cadre d’une enquête anti-corruption impliquant des membres du Parlement européen pourrait ébranler Bruxelles.

Certains députés européens, dont la vice-présidente Eva Kaili, ont été accusés d’avoir accepté d’importantes sommes d’argent d’un pays du Golfe qui serait le Qatar, hôte de la Coupe du monde. Doha a nié les accusations.

Le co-président du groupe des Verts, Philippe Lamberts, a appelé à une enquête parlementaire et à ce que la question de la corruption soit évoquée cette semaine lors de la dernière session plénière de l’année de l’Assemblée européenne.

Niels Fuglsang, député européen du Parti social-démocrate danois, a souligné l’effet néfaste que ce scandale pourrait avoir sur le bloc.

« Si nous pouvons être achetés. Si des membres du Parlement européen et d’autres politiciens peuvent être achetés pour dire certaines choses, pour voter de certaines manières… C’est une honte et cela affaiblit l’Europe », a-t-il déclaré à Euronews.

« Donc, il est dans l’intérêt de tout le monde que nous allions au fond des choses et que nous adoptions des règles pour nous assurer que de telles choses ne se produisent jamais [again]… Ce [what happened] est très mal, et nous avons un gros travail de réparation à faire. »

Vendredi, la police belge a organisé 16 raids à travers Bruxelles. Environ 600 000 € en espèces ont été saisis, ainsi que du matériel informatique et des téléphones portables.

Kaili a depuis été arrêté et inculpé. Et elle a été déchue de ses fonctions de vice-présidente du Parlement européen.

Certains experts ont fait valoir à la lumière du scandale que l’UE devrait maintenant renforcer sa législation anti-corruption.

« Je pense – et je crois – qu’il serait très important que l’UE réfléchisse sérieusement à ces questions et se prépare à des situations comme celle-ci à l’avenir », a déclaré Tamás Lattmann, expert en droit international et européen, à Euronews.

« [It should] proposer une sorte de législation qui lui soit propre pour gérer des situations comme celle-ci et pour rendre la coopération possible avec les autorités des États membres beaucoup plus transparente et, dans une certaine mesure, plus garantie.

Avant que le scandale n’éclate, l’assemblée envisageait l’entrée sans visa dans l’espace Schengen pour les citoyens qatariens.

Mais le parti populaire européen, les sociaux-démocrates, les libéraux et les verts ont depuis appelé à la suspension du vote de l’assemblée sur la question.

[ad_2]

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page