Skip to content
CF Montréal : soirée Bernier


Ce sera la soirée de Patrice Bernier au Stade Saputo puisque ce soir nous célébrerons son intronisation au Temple de la renommée du soccer canadien.

L’adversaire sera la Révolution de la Nouvelle-Angleterre et c’est une autre décision qui revient dans les moindres détails sous l’administration de Gabriel Gervais.

« C’est spécial parce que mon dernier match était contre cette équipe et je pense que c’est l’équipe contre laquelle j’ai marqué le plus de buts. [4] « Je me suis souvenu de Bernier ce matin.

« En 18 saisons, j’en ai passé neuf avec l’Impact de Montréal. J’ai acquis de l’expérience avant de partir pour ensuite revenir dans le club où j’ai commencé. »

Il va sans dire qu’il sera heureux de vivre ce moment avec ceux qui l’ont applaudi pendant six saisons avant qu’il ne raccroche les crampons à l’automne 2017.

« Ça me fera plaisir de vivre ça avec les supporters. Je pourrai communier avec tout le monde pour cette fois. C’est toujours bon de savoir que vous laissez quelque chose au-delà du terrain. »

Abandonner le hockey

Bernier a connu une carrière très enviable qui l’a mené en Norvège, en Allemagne et au Danemark avant de rentrer chez lui lorsque le club est entré en MLS en 2012.

« Nous disons toujours de rêver », a déclaré Bernier. Étant originaire de Montréal et de Québec, où j’ai eu la chance de jouer au hockey, on m’a dit que j’étais un peu fou quand j’ai quitté le hockey parce qu’il y a plusieurs avenues dans ce sport. »

Il faut dire que le citoyen de Brossard était plutôt talentueux, puisqu’il a joué deux saisons dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, portant les couleurs des Foreurs de Val-d’Or et des Faucons de Sherbrooke de 1996 à 1998. Il a amassé 73 points en 143 matchs réguliers. Pas si mal pour un défenseur.

À l’époque, c’était en effet un peu étrange d’abandonner le hockey au profit du soccer, un sport avec peu de débouchés à l’époque.

« Alors tu jouais pour l’Impact de Montréal et puis tu allais où ? Je peux dire que j’ai eu la chance de vivre mon rêve, de jouer 18 saisons, de jouer avec l’équipe nationale, contre le Brésil ou le Portugal », a-t-il déclaré.

Un modèle

Capitaine de l’Impact lors de ses quatre dernières campagnes, Bernier a été un véritable modèle pour ses plus jeunes coéquipiers, dont Samuel Piette, qui rêve de suivre ses traces.

« J’aimerais être cette personne. Il est l’éternel capitaine du club et il a tant fait pour le soccer québécois. C’est sûr que plus tard, à la fin de ma carrière, je veux avoir mon nom à côté de celui de Mauro [Biello], Patrice et des grands du soccer québécois. »

Si Piette parle ainsi de son ancien coéquipier, c’est parce que Bernier a vite compris son rôle à son retour dans son club de cœur après plus de dix ans d’absence.

« En revenant au club, j’ai réalisé que je devenais non seulement joueur, mais aussi porte-parole puisque j’étais le seul Québécois de l’équipe. »

Une surprise

Nous savions depuis plusieurs mois que Bernier était le prochain à devenir un éternel joueur de soccer canadien. Il y a eu une cérémonie à Vancouver au début de l’été.

Le principal intéressé est revenu aujourd’hui sur les circonstances dans lesquelles il a appris la nouvelle.

« J’étais dans une réunion Zoom avec des associés d’une entreprise avec laquelle je suis impliqué. Mon père était là aussi, il est comptable et mes associés voulaient le rencontrer. »

« J’ai remarqué que nous étions plusieurs dans le Rencontre et Samuel Piette et Mauro Biello sont apparus pour me dire que je serais intronisé au Temple de la renommée du soccer canadien », a-t-il déclaré.


CF Montréal : soirée Bernier

L’adversaire en 5 points

GRAND CHANGEMENT

La saison dernière, le Revolution a dominé la compétition en terminant premier en MLS avec 73 points. Cependant, les choses sont très différentes cette année alors que l’équipe se bat pour une place en séries éliminatoires. L’effet de l’entraîneur-chef Bruce Arena s’est-il dissipé?

ABSENTS

En plus de la fatigue d’un match en milieu de semaine, les « Revs » doivent composer avec des absences. Henry Kessler (protocole COVID-19), Ismael Tajouri-Shradi (jambe) et Gustavo Bou (jambe) étaient tous absents mercredi.

LA VIE SANS BUKSA

Une partie des difficultés de la Nouvelle-Angleterre peut s’expliquer par la perte de l’attaquant polonais Adam Buksa, qui a disputé son dernier match le 21 mai, puis a déménagé à Lens, en France, en juillet. Il avait marqué sept buts et deux passes décisives en 10 matchs.

BAISSE DE LA PRODUCTION

Pas de doute, l’attaque et la défense des « Revs » ne sont pas les mêmes que lors de la dernière campagne. En 2021, l’équipe a marqué 65 buts et en a accordé 41 en 34 matchs. Après 25 matchs cette saison, l’équipe n’a inscrit que 38 buts et en a déjà encaissé 36.

ATTENTION

Il sera facile de prendre la Nouvelle-Angleterre à la légère, mais le club a quand même marqué 22 buts en 13 matchs sur la route contre seulement 16 en 12 matchs au Gillette Stadium.

Le jour et la nuit

Le CF Montréal revient au Stade Saputo avec une séquence de six matchs sans défaite (4-0-2), mais l’adversaire de demain soir, le New England Revolution, n’est pas en reste puisqu’il est invaincu en cinq matchs (2-0-3).

Montréal est deuxième de la Conférence de l’Est avec 43 points, cinq de moins que l’Union de Philadelphie, qui a cependant disputé un match de plus.

Une victoire contre les « Revs » demain soir, associée à une défaite de l’Union contre DC United à Washington, placerait l’équipe dans une excellente position pour remporter la première place, mais surtout pour assurer au moins un match éliminatoire à domicile.

« On croyait en nous, on regarde la première position et on sait qu’on est très proches, a soutenu le milieu de terrain Mathieu Choinière aujourd’hui. Si vous me dites ça en début d’année, je dirai peut-être non, mais maintenant on y croit très fort. »

Situation inverse

Contrairement au CF Montréal, le Revolution vise une place en séries éliminatoires. C’était tout le contraire la saison dernière.

« Je me souviens que l’année dernière, la Nouvelle-Angleterre battait tout le monde et était en tête du classement pendant que nous nous battions et nous étions loin des séries éliminatoires », a noté l’entraîneur-chef Wilfried. Nancy jeudi.

Les « Revs » sont sixièmes à l’Est, juste à l’intérieur du tableau des séries éliminatoires, mais le combat est très serré alors qu’Atlanta United, qui a 13 ansen’a que cinq points d’avance.

« Ils devront peut-être pousser pour obtenir des points et continuer à grimper au classement », a déclaré le milieu de terrain Samuel Piette. Mais ça veut dire qu’une équipe qui fait ça ouvre peut-être un peu plus son jeu. Avec les armes offensives dont nous disposons, si vous nous laissez un peu d’espace, nous pourrons en profiter. »

Fatigue

Montréal a aussi l’avantage d’être reposé après une semaine d’entraînement à domicile.

La Nouvelle-Angleterre a réussi un match nul 2-2 contre un adversaire direct lors de la course aux séries éliminatoires mercredi à Toronto.

« Bien sûr de leur côté il y aura de la fatigue, mais on les attend à l’approche de Houston ou de New York », a insisté Piette.

« On peut peut-être profiter de la fatigue de leur match en milieu de semaine pour les attaquer d’entrée. »

♦ Le défenseur Rudy Camacho sera absent en raison d’une blessure à l’épaule.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.