Skip to content
Climat : après dix ans de néant politique, le timide « come-back » …




La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Speaking d’une consécration serait exagéré, mais la loi sur le changement climatique votée par le Parlement australien à Canberra, le 8 septembre, tout de même des airs de victoire. Après dix années sous la gouvernance des conservateurs, peu invites à écouter les scientifiques et agir contre le dérèglement climatique, la Climate Change Bill a été adoptée sans trop de difficultés par une chambre des Représentants et un Sénat où les travaillistes ont pu compter sur le soutien des Verts et des députés indépendants écologistes.

Un relâchement. Comme si le pays venait de se libérer d’une emprise qui l’empêchait de faire le moindre geste, alors que les Australiens ont constaté ces dernières années, impuissants, les conséquences d’une planète qui surchauffe, entre incendies dévastateurs et inondations meurtrières.

Certains médias australiens parlent d’une loi « historique »après une décennie de néant, au début de laquelle l’ex-premier ministre Tony Abbott (libéral) s’était débarrassé de la taxe carbone, critiquée par les groupes miniers en 2014, avant que ses successeurs, dont Scott Morrison (libéral également ), nécessitant à leur tour cette même industrie des énergies fossiles.

Le Premier ministre australien Anthony Albanese à Canberra, le 26 juillet 2022. © PhotoAFP

mediapart

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.