Skip to content
conseils pour éviter les arnaques


Les données bancaires des internautes sont ciblées par les arnaqueurs. Ngampol / stock.adobe.com

NOS CONSEILS – Fausses promotions, sites frauduleux… Cette opération promotionnelle, qui a lieu le vendredi 25 novembre, est aussi la foire aux arnaques.

Le Black Friday 2022, qui a lieu le vendredi 25 novembre, comporte son lot de bons plans à saisir, comme chaque année, mais aussi d’arnaques en ligne à éviter. Promotions fantaisistes, sites Web frauduleux, hameçonnage… Le Figaro vous donne les clés pour ne pas vous faire piéger par les principales arnaques.

fausses promotions

-30%, -50%, -70% : lors du Black Friday, les offres peuvent être plus attractives les unes que les autres. Mais attention, ils ne correspondent pas toujours à une bonne affaire. « Le prix de référence est parfois gonflé, de manière à pouvoir afficher une remise surréaliste», prévient Olivier Gayraud, avocat à l’association de consommateurs CLCV.

Il y a deux ans, lors du Black Friday, UFC-Que Choisir avait débusqué plusieurs exemples de « fausses promotions » sur Amazon, CDiscount, ou les sites internet de grandes marques comme Darty ou Conforama. La solution ? Comparez le prix du produit sur d’autres sites, pour apprécier la réalité de la remise.

faux sites Web

A chaque édition du Black Friday, « des sites frauduleux sont créés pour l’occasion », rapporte Olivier Gayraud. Imitant parfois des marques existantes, note UFC-Que Choisir dans un article consacré aux arnaques en ligne lors du Black Friday 2021, ces sites n’ont pour but que d’escroquer les internautes. Le produit commandé n’arrivera jamais, ou sera défectueux, et il sera très difficile d’obtenir un remboursement.

Il convient donc de privilégier les sites sur lesquels vous ou votre entourage avez déjà commandé. Si le site est inconnu, certains réflexes peuvent être adoptés : vérifier l’adresse URL du site – qui différera, parfois très légèrement, de celle du site qu’il essaie d’imiter -, consulter les avis, taper le nom du site dans le moteur de recherche… »Vous devez également essayer de déterminer où se trouve physiquement le commerçant.», ajoute Olivier Gayraud, «en consultant les conditions générales de vente (CGV) ou l’onglet « Qui sommes-nous »« .

Hameçonnage (ou hameçonnage)

Bien que ce type d’escroquerie ne soit pas spécifique au Black Friday, les périodes promotionnelles de cette nature voient une augmentation des tentatives de phishing. Comme l’explique le site officiel Cybermalveillance.gouv.fr, cette technique frauduleuse est «destiné à leurrer l’internaute pour l’inciter à communiquer des données personnelles (comptes d’accès, mots de passe, etc.) et/ou bancaires en se faisant passer pour un tiers de confiance« .

Emails, SMS, publicités sur les réseaux sociaux… Le phishing peut prendre différentes formes. Dans le cadre du Black Friday, les internautes peuvent être amenés à cliquer sur un lien douteux ou à fournir des informations personnelles pour bénéficier de l’offre du siècle. La « vendredi noir« est aussi un terrain fertile pour »arnaques aux colis», dans lequel les victimes reçoivent un message les informant de la réception d’un colis, et destiné uniquement à voler leurs données personnelles, notamment bancaires.

Numéros surtaxés

Si vous recevez des appels ou des messages mystérieux (SMS ou e-mails) vous invitant à appeler un numéro de transporteur pour recevoir un colis, ou le service après-vente suite à un achat, ou pour bénéficier d’une promotion hors du commun, il faut être particulièrement méfiant. Ces numéros peuvent en effet être surtaxés.

« Préférez rappeler le numéro officiel du commerçant, transporteur ou SAV concerné, que vous trouverez sur son site officiel.», est-il conseillé sur Cybermalveillance.gouv.fr, qui listait « sept conseils pour éviter les cyber-arnaques ».

Vol de données bancaires

Le Black Friday est une période de forte activité bancaire. En 2019, pas moins de 56 millions de paiements par carte bancaire ont été enregistrés en France en 24 heures, un record. L’occasion rêvée pour les hackers de détourner les données bancaires de milliers d’internautes sans méfiance.

« Lors d’un paiement sur internet, vous devez vérifier si la transaction est sécurisée, en regardant si l’adresse URL commence par « https » et en vérifiant si vous recevez un code de confirmation par SMS.», explique Olivier Gayraud, de la CLCV. Au-delà du Black Friday, l’avocat appelle les consommateurs à demander une carte bancaire virtuelle à leur banque, qui protège contre les risques de fraude.

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.