Skip to content
Coupe du monde à Zauchensee : superbe descente pour Marie-Michèle Gagnon

 | Meilleurs articles

Derniers titres d’actualités Nouvelles des États-Unis

C’est à Zauchensee, en Autriche, que Marie-Michèle Gagnon a remporté sa première victoire en Coupe du monde en 2014, en super-combiné, et c’est aussi là qu’elle a récolté ses premiers points en descente dans le circuit. Samedi, la skieuse est revenue sur ce parcours qu’elle affectionne tant pour obtenir le premier top-5 de sa carrière en descente.

• Lisez aussi : « Je me sens à ma place »

• Lisez aussi : Ski acrobatique : le rêve olympique de Kerrian Chunlaud en pause

La piste de Zauchensee est l’une des plus difficiles de la Coupe du monde. Tout commence par un départ fulgurant où les athlètes atteignent 115 km/h en trois ou quatre secondes, selon Gagnon. Plusieurs virages serrés dispersés sur un parcours étroit et une lumière variable dans les différentes sections ajoutent au défi.

« C’est fantastique, j’aime beaucoup ça et j’ai toujours eu de très bonnes sensations sur ce circuit ! C’est très technique et il faut savoir où l’on va », a expliqué Marie-Michèle Gagnon, en entrevue avec Sportcom.

Samedi, l’athlète de Lac-Etchemin a affiché un temps de 1 min 46,46 s pour se classer cinquième, à 0,68 seconde de la médaillée d’or Lara Gut-Behrami et à 0,24 seconde du podium. La représentante de la Suisse a ainsi devancé l’Allemande Kira Weidle (+0,1 seconde) et l’Autrichienne Ramona Siebenhofer (+0,44 seconde).

« La neige était super belle et les conditions n’ont jamais été aussi bonnes. J’avais déjà un bon feeling ici, peut-être que le fait que ce soit un peu plus technique signifie que mon passé dans les épreuves techniques m’aide aussi.

La première fois qu’elle a skié sur cette montagne remonte à 2007, lors de ses deuxièmes Championnats du monde juniors. À cette époque, elle avait 17 ans et avait hâte de skier une partie d’une piste de Coupe du monde.

« J’étais avec l’équipe de Québec et j’ai trouvé ça super cool dès le départ », se souvient celui qui, à 32 ans, compte désormais 253 départs sur le grand cirque blanc.

Encourageant pour les JO

Surtout, Marie-Michèle Gagnon ne veut pas sauter les étapes qui la mèneront à ses objectifs et l’aideront à prendre confiance.

Après la Coupe du monde de Val d’Isère où elle est tombée en descente, la vétéran a souhaité prendre du recul pendant les fêtes de fin d’année. Elle voulait baisser d’un cran son intensité et repartir sur de nouvelles bases.

« En début de saison, j’ai essayé d’aller chercher le podium plutôt que de m’écouter et de viser la progression. Comme si j’essayais d’obtenir le résultat au lieu de le laisser venir », a-t-elle déclaré.

Les entraînements se sont déroulés en deux temps cette semaine et Gagnon voulait récupérer pendant la compétition. Ce top-5 arrive à point nommé puisque cette année, la progression qu’elle tient pour mot d’ordre devrait la mener aux JO de Pékin.

« Je ne suis pas un skieur qui part derrière et qui va espérer un podium et tout mettre en jeu. Je préfère progresser de course en course et me sentir bien sur mes skis », se souvient-elle.

« Ça a l’air bien et je dois continuer là-dessus, alors que je reste en bonne santé aussi, avec le COVID qui se promène partout. Cela me permet une bonne progression et j’espère être au top de ma forme pour les Jeux.

Gagnon reprendra l’action dimanche, toujours à Zauchensee, pour une épreuve de super-G.

VOIR ÉGALEMENT…




Titres d’aujourd’hui Actualités Yahoo

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.