Actualités françaises

Coupe du monde de football : Walid Regragui, l’entraîneur rock star du Maroc

[ad_1]

DOHA, Qatar | Walid Regragui est une rock star. Il est d’ailleurs l’entraîneur du Maroc.

• Lisez aussi : Les 5 clés de la victoire du Canada contre le Maroc

C’est à la fin de la conférence de presse d’avant-match que l’on a saisi le magnétisme qu’il exerçait auprès de nos collègues marocains. Il y avait quelque chose d’irréel dans la scène. Les collègues québécois se sont tous regardés en se demandant ce qui se passait.

Restez avec nous, on vous explique la scène.

Paquet

Une fois l’événement terminé, Regragui s’est levé pour quitter la scène et tous les journalistes marocains, comme une meute, ont bondi et sont allés l’entourer avant qu’il ne descende les marches. Certains voulaient un selfie tandis que d’autres lui tendaient un maillot et un chapeau de feutre à signer. Vous le faites à n’importe quel événement de presse de la ligue nord-américaine et nous nous assurons que vous n’avez plus votre accréditation avant de montrer la porte avec diligence. Ici ? Aucune réaction de la FIFA. Cela a duré quelques minutes et Walid Regragui a participé avec le sourire. On vous dit, c’était incroyable.


Coupe du monde de football : Walid Regragui, l'entraîneur rock star du Maroc

Rareté

Mais il y a une raison derrière cet élan d’enthousiasme. D’abord, Regragui est très charismatique. Vous pourriez l’écouter parler pendant des heures car c’est un orateur éloquent.

Mais il y a plus. Il y a ce que son équipe a produit sportivement depuis le début de cette Coupe du monde.

A savoir un match nul face à la Croatie et une victoire un peu inattendue face à la Belgique, si bien que le Maroc joue pour se qualifier pour les huitièmes de finale ce soir face au Canada.

C’est un exploit que cette sélection n’a réalisé qu’une seule fois et c’était en 1986, lors de la seule autre participation du Canada à la Coupe du monde. Tout est dans tout, comme on dit.

Maîtres de leur destin

Regragui le reconnaît tout de suite, il est bluffé par les succès de son équipe, mais il ne veut certainement pas s’en contenter.

« Oui, au début de la compétition, si tu m’avais dit qu’on aurait quatre points après deux matchs, je l’aurais pris. Mais là, il faut se dire qu’on va se qualifier. »

Avec quatre points, les Marocains sont à égalité avec la Croatie en tête du groupe F, les Croates ont cependant un meilleur différentiel de buts, ce qui leur donne la première place. Et maintenant le Maroc est aux commandes.

« Nous voulions être maîtres de notre destin », a admis Regragui. Une victoire ou un match nul, ce sont nos deux options.

« Si nous jouons pour un match nul, nous ferons une grosse erreur. On est venu pour gagner, ce serait une erreur d’avoir une mentalité différente. »

Gare au Canada

Devant un public conquis, Regragui n’a pas tardé à faire l’éloge du Canada, une équipe qui s’est mérité le respect malgré deux défaites.

« On sait qu’on tombe sur une équipe qui n’a rien à perdre, qui est éliminée, et qui sera fière d’aller chercher ses premiers points. Nous nous préparons à un match très difficile face à l’une des meilleures équipes du groupe. »

Cependant, l’entraîneur marocain n’a pas l’intention de faire un cadeau aux Canadiens. Comme il le dit, son équipe joue une finale.

« La chose la plus importante pour nous n’est pas le Canada. Nous les respectons beaucoup et ils auraient dû prendre plus de points, mais c’est une bonne chose pour nous. »

En effet, une victoire du Canada contre la Belgique aurait compliqué les choses pour les Marocains dans cette rencontre.

émeutes

Dimanche, les Marocains pensaient qu’ils étaient des supporters canadiens lors d’une soirée de la Coupe Stanley et se sont révoltés en Belgique après la victoire du Maroc… contre la Belgique.

Il faut savoir que les Marocains représentent l’une des plus importantes communautés étrangères du plat pays.

La police bruxelloise notamment a eu une bagarre avec des manifestants cagoulés qui étaient là pour en découdre, ce que Regragui a condamné.

« Vous devez respecter le pays où vous êtes né, où vous vivez. Je ne crois pas qu’ils soient marocains. Après le Canada, les gens devront danser de joie ou pleurer, mais avec respect. »



[ad_2]

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page