Actualités françaises

Coupe du monde : la France continue sur sa lancée

[ad_1]

DOHA, Qatar | La France poursuit la défense de son titre de championne du monde avec une victoire 3-1 contre la Pologne signée Kylian Mbappé et Olivier Giroud.

• Lisez aussi : Coupe du monde : le Brésil s’accroche au sort de Neymar

• Lisez aussi : C’est fini pour les États-Unis

• Lisez aussi : L’Argentine rejoint les Pays-Bas en quart de finale

Le premier a inscrit deux buts et une passe décisive et le second a marqué un but en plus d’être à l’origine de la séquence qui a mené au premier but de Mbappé et a établi un record en équipe de France.

Malgré ce que le score indique, les Français n’ont pas forcément eu la tâche facile face à une Pologne mal orientée, abrasive et résiliente.

Ils ont également obtenu un tir au but en toute fin de match sur une revue vidéo qui a confirmé une main. Robert Lewandowski a été stoppé par Hugo Lloris qui avait pourtant quitté sa ligne trop tôt. Le Polonais reprenait son tir et marquait pour l’honneur (90+9).


Coupe du monde : la France continue sur sa lancée

Recordman Giroud

Les Bleus ont attendu la 44e minute avant d’ouvrir le score. Lancé par une passe de Kylian Mbappé, Olivier Giroud est passé derrière deux défenseurs pour battre Wojciech Sczesny.

Outre l’importance de ce but au tableau, il a permis à Giroud de devenir le seul buteur de l’histoire de l’équipe de France avec 52 buts, un record qu’il a réalisé lors de sa 116e sélection.


Coupe du monde : la France continue sur sa lancée

Il partageait la marque avec Thierry Henry depuis la semaine dernière lorsqu’il avait marqué un doublé contre l’Australie. Henry a marqué ses 51 buts en 123 matchs.

Dire que Giroud est souvent considéré comme mal-aimé et qu’il est avant tout partisan car Karim Benzema a dû déclarer forfait sur blessure. C’est une belle forme de justice pour le vétéran de l’AC Milan.

Et il a fait un très beau match avec trois occasions franches, un deuxième but sifflé à cause de joueurs blessés et deux coups de pied au-dessus de la tête.

Un artiste

Mbappé a une nouvelle fois imposé sa domination sur cette rencontre, lui qui affiche un bilan de cinq buts et deux passes décisives en trois matchs lors de cette Coupe du monde.

Pour certains athlètes, le sport est un art. Mbappé est un Grand Maître et l’herbe est sa toile.


Coupe du monde : la France continue sur sa lancée

Il a une deuxième et une troisième vitesse et quand on pense que son couvreur court avec lui, il finit par le dépasser avec une force qui vient d’on ne sait d’où.

Mais sur son but, marqué à la 74e minute, il a pratiquement arrêté le match. Ousmane Dembélé.

Ce dernier a ensuite envoyé le ballon vers Mbappé dans le coin supérieur droit de la surface polonaise où il a eu tout le temps de remettre le ballon sur son pied droit pour l’envoyer dans la lucarne sous le regard de deux défenseurs adverses.

Sur son deuxième succès, il a encore eu le temps de positionner le ballon sur son pied droit même s’il était entouré de Polonais pour envoyer un missile dans la lucarne opposée dans les arrêts de jeu (90+1).

Styles opposés

Nous avons vu deux styles opposés. Les Français ont offert un jeu fluide, un quilt de passes précises finement travaillées.

En seconde période, les Bleus ont eu des séquences de possession assez magnifiques où les Polonais étaient pratiquement spectateurs.

Ceux-ci n’étaient pas déméritants, bien au contraire, mais leurs mouvements de balle étaient plus carrés.

On était plus dans le jeu rude digne de l’image que l’on se fait d’une Europe de l’Est d’une autre époque. Et on n’écrit pas ça pour leur faire du mal, mais plutôt pour indiquer un certain manque de raffinement face au jeu français.

Collectionneurs

Certes, la France a joué un match efficace et s’est montrée plus entreprenante, mais la Pologne s’est battue avec acharnement.

Les hommes en rouge et blanc ont eu leurs occasions, notamment en première mi-temps, et ils ont su déstabiliser la défense française. Hugo Lloris a également dû réaliser un petit miracle suivi d’un arrêt sur la ligne de but de Raphaël Varane.

Mais on dit que les Polonais excellent dans la souffrance et ils l’ont démontré à de nombreuses reprises.

Ayant le menton d’Arturo Gatti, ils ont encaissé les attaques françaises sans broncher, sauf à deux reprises, mais ils se sont tout de même relevés.



[ad_2]

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page