Actualités françaises

COVID-19 : la Chine annonce un assouplissement général des règles sanitaires

[ad_1]

La Chine a annoncé mercredi un assouplissement général des règles sanitaires contre le COVID, abandonnant son approche stricte du virus après des manifestations historiques de colère à travers le pays.

Ce revirement semble mettre fin à l’essentiel de la politique du « zéro COVID » en vigueur depuis près de trois ans, que la Chine a été l’un des derniers pays au monde à appliquer.

Cette stratégie implique des confinements à répétition, des tests PCR à grande échelle de la population et de longues quarantaines pour toute arrivée de l’étranger, de quoi bouleverser le quotidien et pénaliser fortement l’économie.

Son soulagement intervient dix jours après une vague de manifestations d’une ampleur sans précédent depuis les mobilisations pro-démocratie de Tiananmen en 1989.

Dans une dizaine de villes du pays, les manifestants, pour la plupart des jeunes, avaient crié leur lassitude face à la dure politique sanitaire, certains réclamant même le départ du président Xi Jinping.

Ce dernier, qui avait fait du « zéro COVID » sa marque de fabrique, a désormais infléchi son discours, reconnaissant que la variante moins meurtrière d’Omicron « ouvre la voie à plus de souplesse dans les restrictions ».

Moins de tests

Selon les nouvelles consignes dévoilées par la Commission nationale de la santé (CNS) – qui a valeur de ministère – « les personnes infectées asymptomatiques et les cas bénins pouvant être isolés à domicile le seront généralement ».

Il s’agit d’un changement radical par rapport à la norme qui exigeait auparavant que tout cas positif soit emmené dans un centre de quarantaine.

Par ailleurs, le pays va « réduire encore le périmètre des tests d’acides nucléiques et réduire leur fréquence », alors qu’il demandait auparavant aux habitants de se faire tester plusieurs fois par semaine pour pouvoir accéder à n’importe quel lieu public. .

Les tests à grande échelle ne seront désormais effectués que dans « les écoles, les hôpitaux, les maisons de repos et les centres de travail à haut risque ».

Le recours aux confinements, parfois appliqués à des quartiers voire à des villes entières, sera également réduit, les zones à risque n’ayant enregistré aucun cas depuis cinq jours devant être rouvertes.

La Chine va aussi accélérer la vaccination des personnes âgées, son point faible qui l’empêchait jusqu’alors d’assouplir ses règles sanitaires.

Autre nouveauté annoncée mercredi : il sera désormais possible de voyager d’une province chinoise à l’autre sans avoir à présenter un test PCR négatif datant de moins de 48 heures et aucun test ne sera exigé à l’arrivée non plus.

Immédiatement après l’annonce de ces nouvelles mesures, les recherches de voyages sur l’application Ctrip ont bondi de 160%, a constaté un journaliste de l’AFP.

Des inquiétudes sur l’économie

« Les écoles sans épidémies doivent continuer les cours normalement », selon les nouvelles règles, alors que de nombreuses écoles de Pékin ont été fermées ces dernières semaines par précaution.

L’annonce intervient quelques heures après la publication officielle de nouveaux chiffres inquiétants pour la deuxième économie mondiale. En novembre, la Chine a vu ses exportations et ses importations s’effondrer, sous l’effet conjugué de sa politique sanitaire et d’une demande atone.

Alors que l’économie chinoise devrait avoir enregistré cette année l’une de ses pires performances de croissance depuis quatre décennies, sortir du « zéro COVID » est une opération délicate.

« Trouver le bon équilibre entre les mesures de contrôle du COVID-19 et la croissance économique est redevenu une question centrale », a averti lundi l’économiste Wang Zhe.

Cet assouplissement national des restrictions fait suite à des assouplissements annoncés ces derniers jours par plusieurs villes et provinces chinoises.

Pékin a annoncé mardi que les parcs, les immeubles de bureaux ou encore les commerces, dont les supermarchés, n’exigeront plus la présentation d’un test PCR négatif, une mesure également appliquée à Shanghai, longtemps confinée au printemps dernier.



[ad_2]

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page