Skip to content
dans les coulisses d’une bataille d’idées et d’ambitions


Depuis la rentrée, François Ruffin bouscule les siens en imposant dans le débat des questions trop souvent mises au second plan à gauche. Jean-Christophe MARMARA/Le Figaro

RÉCIT – Des proches du leader Insoumis accusent le député de la Somme de jouer trop seul.

Comme pour éteindre le départ de feu, François Ruffin a posté un tweet jeudi matin : «Médias, ne rêvez pas. Il n’y aura pas de duel avec mon ami Jean-Luc Mélenchon. Nos forces se conjuguent pour « faire mieux ». Le très médiatique député de la Somme a rebondi sur un sondage Ifop publié un peu plus tôt par Paris-Match. L’enquête a comparé sa cote de popularité à celle de l’ancien candidat LFI à la présidentielle. Le match est serré : si 39 % des sondés préfèrent le chef des Insoumis, ils sont tout de même 36 % à donner l’avantage à Picard (25 % non plus). De quoi légitimer les ambitions de l’éternel électron libre de La France insoumise qui répète vouloir jouer « un rôle » dans l’avenir de la gauche. François Ruffin se veut donc clair : il ne sera pas candidat si Jean-Luc Mélenchon se laisse tenter par une quatrième aventure présidentielle. Et s’il ne revenait pas ?

« Cette enquête montre que les sujets qu’elle aborde portent sur les métiers du lien, les oubliés de la République, les territoires…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Vendredi noir

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -Politics

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.