Skip to content
Début des audiences du CRTC pour l’acquisition de Shaw par Rogers


Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications (CRTC) a commencé lundi son étude sur la méga-transaction qui verrait Rogers avaler Shaw pour la bagatelle de 26 milliards de dollars.

L’annonce d’une éventuelle fusion a été faite au printemps dernier, mais elle avait suscité des inquiétudes chez certains acteurs qui craignent que la transaction n’élimine une partie de la concurrence dans les secteurs de la télévision, d’Internet et de la téléphonie mobile. .

À l’heure actuelle, Roger compte 10,9 millions d’abonnés à son réseau sans fil, ce qui en fait le plus gros joueur du marché, selon les données de l’Association canadienne des télécommunications sans fil.

Cependant, en fusionnant avec Shaw, Roger ferait l’acquisition de Freedom mobile, qui compte actuellement 1,8 million d’abonnés au Canada.

« Nous payons les prix les plus élevés au monde pour nos services cellulaires, pour Internet. Cet accord rendra la situation encore plus difficile. Alors on est tellement contre ça », déplore le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh.

Le patron de Rogers, Edwards Rogers, était présent au premier jour de l’audience – une première apparition publique depuis la bataille qu’il a menée avec sa sœur et sa mère pour le contrôle de l’entreprise fondée par sa mère. père.

M. Rogers et Brad Shaw, le grand patron de Shaw, ont soutenu que la fusion était nécessaire pour assurer des investissements afin de fournir des services modernes à tous leurs clients. Les deux hommes pensent que la société fusionnée leur permettra de mieux concurrencer les géants du numérique comme Netflix.

Les audiences devraient se poursuivre tout au long de la semaine.

journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.