Skip to content
Décès de Jean-Luc Godard, réalisateur de la Nouvelle Vague française : NPR

[ad_1]

Le réalisateur Jean-Luc Godard au festival de Cannes en 1982. Il était une figure clé du cinéma français de la Nouvelle Vague. Il est mort à 91 ans, selon les médias français.

Jean-Jacques Lévy/AP


masquer la légende

basculer la légende

Jean-Jacques Lévy/AP

Décès de Jean-Luc Godard, réalisateur de la Nouvelle Vague française : NPR

Le réalisateur Jean-Luc Godard au festival de Cannes en 1982. Il était une figure clé du cinéma français de la Nouvelle Vague. Il est mort à 91 ans, selon les médias français.

Jean-Jacques Lévy/AP

GENÈVE — Jean-Luc Godard, l’ingénieux « enfant terrible » de la Nouvelle Vague française qui a révolutionné le cinéma populaire en 1960 avec son premier long métrage À bout de souffle et est resté pendant des années comme l’un des réalisateurs les plus vitaux et les plus provocateurs du monde est décédé. Il avait 91 ans.

L’agence de presse suisse ATS a cité la partenaire de Godard, Anne-Marie Mieville, et ses producteurs disant qu’il est mort paisiblement et entouré de ses proches à son domicile de la ville suisse de Rolle, sur le lac Léman, mardi.

Le président français Emmanuel Macron a rendu hommage à Godard comme « le plus iconoclaste des réalisateurs de la Nouvelle Vague » qui « a inventé un art résolument moderne, intensément libre ».

Il a ajouté: « Nous avons perdu un trésor national, l’œil d’un génie. »

Godard a défié les conventions au cours d’une longue carrière qui a commencé dans les années 1950 en tant que critique de cinéma. Il a réécrit les règles de la caméra, du son et de la narration.

Ses films ont propulsé Jean-Paul Belmondo vers la célébrité et sa crèche moderne controversée Je vous salue Marie fait la une des journaux lorsque le pape Jean-Paul II l’a dénoncé en 1985.

Mais Godard a également réalisé une série de films, souvent politiquement chargés et expérimentaux, qui n’ont plu qu’à un petit cercle de fans et ont frustré de nombreux critiques par leur prétendu intellectualisme exagéré.

Le directeur du Festival de Cannes, Thierry Fremaux, a déclaré mardi à l’Associated Press qu’il était « triste, triste. Extrêmement triste » à l’annonce de la mort de Godard.

Décès de Jean-Luc Godard, réalisateur de la Nouvelle Vague française : NPR

Godard à Cannes en 2001.

Laurent Rebours/AP


masquer la légende

basculer la légende

Laurent Rebours/AP

Décès de Jean-Luc Godard, réalisateur de la Nouvelle Vague française : NPR

Godard à Cannes en 2001.

Laurent Rebours/AP

Né dans une riche famille franco-suisse le 3 décembre 1930 à Paris, Godard a grandi à Nyon, en Suisse, a étudié l’ethnologie à la Sorbonne dans la capitale française, où il a été de plus en plus attiré par la scène culturelle qui fleurissait dans le Quartier latin. « ciné-club » après la Seconde Guerre mondiale.

Il se lie d’amitié avec les futurs grands réalisateurs François Truffaut, Jacques Rivette et Eric Rohmer et fonde en 1950 l’éphémère Gazette du Cinéma. En 1952, il avait commencé à écrire pour le prestigieux magazine de cinéma Cahiers du Cinéma.

Après avoir travaillé sur deux films de Rivette et Rohmer en 1951, Godard tente de réaliser son premier film lors d’un voyage à travers l’Amérique du Nord et du Sud avec son père, mais ne le termine jamais.

De retour en Europe, il a pris un emploi en Suisse comme ouvrier du bâtiment sur un projet de barrage. Il a utilisé le salaire pour financer son premier film complet, le 1954 Opération Bétonun documentaire de 20 minutes sur la construction du barrage.

De retour à Paris, Godard travaille comme porte-parole d’une agence d’artistes et réalise son premier long métrage en 1957 — Tous les garçons s’appellent Patricksorti en 1959 – et a continué à perfectionner son écriture.

Il a également commencé à travailler sur À bout de souffle, d’après une histoire de Truffaut. Ce sera le premier grand succès de Godard à sa sortie en mars 1960.

Le film met en vedette Belmondo dans le rôle d’un jeune voleur sans le sou qui s’inspire des gangsters du cinéma hollywoodien et qui, après avoir tiré sur un policier, part en fuite en Italie avec sa petite amie américaine, interprétée par Jean Seeberg.

Comme chez Truffaut Les 400 coups, sorti en 1959, le film de Godard donne un nouveau ton à l’esthétique cinématographique française. Godard a rejeté le style narratif conventionnel et a plutôt utilisé des coupes sautées fréquentes qui mêlaient des discussions philosophiques à des scènes d’action.

Il a pimenté le tout avec des références aux films de gangsters hollywoodiens et des clins d’œil à la littérature et aux arts visuels.

Godard a également lancé ce qui devait être une participation tout au long de sa carrière à des projets de films collectifs, contribuant des scènes à Les sept péchés capitaux aux côtés de réalisateurs tels que Claude Chabrol et Roger Vadim. Il a également travaillé avec Ugo Gregoretti, Pier Paolo Pasolini et Roberto Rossellini sur le film italien Faisons un lavage de cerveauavec des scènes de Godard dépeignant un monde post-apocalypse inquiétant.

Godard, qui devait plus tard acquérir une réputation pour ses opinions politiques de gauche intransigeantes, a eu des contacts avec les autorités françaises en 1960 lorsqu’il a fait Le petit soldat. Le film, rempli de références à la guerre coloniale de la France en Algérie, n’est sorti qu’en 1963, un an après la fin du conflit.

Son travail est devenu plus franchement politique à la fin des années 1960. Dans Fin de semaine, ses personnages dénoncent l’hypocrisie de la société bourgeoise alors même qu’ils démontrent la futilité comique d’une guerre de classe violente. Il est sorti un an avant que la colère populaire contre l’establishment ne secoue la France, culminant avec les troubles étudiants emblématiques mais de courte durée de mai 1968.

Godard a nourri toute sa vie une sympathie pour diverses formes de socialisme décrites dans des films allant du début des années 1970 au début des années 1990. En décembre 2007, il a été honoré par l’European Film Academy avec un prix pour l’ensemble de sa carrière.

Godard a pris des potshots à Hollywood au fil des ans.

Il est resté chez lui en Suisse plutôt que de se rendre à Hollywood pour recevoir un Oscar honorifique lors d’une cérémonie privée en novembre 2010 aux côtés de l’historien du cinéma et conservateur Kevin Brownlow, du réalisateur-producteur Francis Ford Coppola et de l’acteur Eli Wallach.

Sa défense de la cause palestinienne tout au long de sa vie lui a également valu des accusations répétées d’antisémitisme, malgré son insistance sur le fait qu’il sympathisait avec le peuple juif et son sort dans l’Europe occupée par les nazis.

Bien que l’académie ait reçu des plaintes concernant la sélection de Godard pour recevoir le prix, le président de l’académie, Tom Sherak, a déclaré que le réalisateur était uniquement reconnu « pour ses contributions au cinéma à l’ère de la nouvelle vague ».

En 2010, Godard sort Film socialismeun film en trois chapitres présenté pour la première fois au Festival de Cannes.

Godard a épousé la mannequin et actrice d’origine danoise Anna Karina en 1961. Elle est apparue dans une série de films qu’il a réalisés pendant le reste des années 1960, tous considérés comme des repères de la nouvelle vague. Parmi eux, notons Ma vie à vivre, Alphaville et Fou Pete, – qui mettait également en vedette Belmondo et qui aurait été tourné sans scénario. Ils ont divorcé en 1965.

Godard a épousé sa seconde épouse, Anne Wiazemsky, en 1967. Il a ensuite entamé une relation avec la cinéaste suisse Anne-Marie Miéville. Godard a divorcé de Wiazemsky en 1979, après avoir emménagé avec Miéville dans la commune suisse de Rolle, où il a vécu avec elle pour le reste de sa vie.

[ad_2]

Entertainment

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.