Skip to content
Démystifier les mythes de l’incorporation


Un nouveau guide vient d’être publié aux Éditions du Journal, rédigé par le chroniqueur Ghislain Larochelle et Luc Audet, pour aider les entrepreneurs à faire le bon choix.

« Dois-je intégrer ? C’est une question que Ghislain Larochelle se pose régulièrement. Cependant, la réponse n’est pas toujours facile à trouver. Pour aider les entrepreneurs à faire un choix éclairé, il cosigne un nouveau guide avec Luc Audet, Intégrer? La grande question, publié aux Editions du Journal.

« Il existe déjà des livres sur le sujet, mais ils sont écrits dans un langage très technique. Nous voulions proposer un guide accessible à tous », explique Ghislain Larochelle, chroniqueur immobilier. Il est également à la tête d’Immofacile.ca, une entreprise qui offre de la formation et du coaching aux investisseurs immobiliers.

« Il n’y a pas de chiffre magique qui détermine quand l’incorporation est une bonne décision », ajoute-t-il. Différents aspects sont à considérer, dont le chiffre d’affaires, mais cela ne dit pas tout. »

Les auteurs s’attachent d’abord à défaire quelques légendes urbaines entourant l’incorporation, notamment qu’elle permet de payer moins d’impôts.

« Ce n’est pas toujours vrai, dit Luc Audet, avocat et conseiller d’affaires qui a coécrit le guide. Tout dépend de l’activité et du type de revenu [passif ou actif] générée par l’entreprise. »

« Il existe différentes situations où choisir de s’incorporer devient avantageux sur le plan fiscal », ajoute-t-il. Par exemple, lorsque l’entreprise génère plus d’argent que l’entrepreneur ou le travailleur autonome n’en a besoin pour vivre, l’incorporation permet de laisser le surplus dans l’entreprise et diminue son taux d’imposition personnel. »

De nombreux avantages

Selon les auteurs, même si la constitution d’un SPA ne permet pas d’économiser de l’impôt, il peut être opportun de franchir le pas. En effet, la liste des avantages est longue, dont l’image de professionnalisme que procure l’incorporation, la protection du patrimoine personnel, la possibilité d’emprunter au nom de l’entreprise, la répartition des bénéfices entre actionnaires, la planification successorale et fiscale, etc.

« Le guide s’adresse aux travailleurs autonomes et aux entrepreneurs quel que soit leur domaine d’activité, pas seulement aux investisseurs immobiliers, même si certaines informations les concernent directement », souligne Ghislain Larochelle.

L’incorporation n’est que la première étape. Une fois que l’entreprise a reçu ses lettres patentes, il reste encore plusieurs décisions à prendre et étapes à franchir que les auteurs détaillent dans une section de leur livre.

« Les gens se joignent à eux et pensent que c’est fini, alors que le processus est plus complexe qu’il n’y paraît », commente Ghislain Larochelle.

Enjeu stratégique

Si vous ne l’avez pas déjà fait, vous devez inscrire l’entreprise au dossier des retenues à la source aux deux paliers de gouvernement, demander ses numéros de taxes (TPS et TVQ), trouver un comptable pour la tenue de livres et la production de la déclaration de revenus du SPA, remplissage du « livre des minutes », obligation légale, etc.

« Il faut aussi décider comment on veut procéder au transfert d’argent à l’entreprise, explique Ghislain Larochelle. C’est une question stratégique qui revient souvent et nous nous y attardons dans le livre. »

Le guide aborde également plusieurs questions liées à la gestion financière de l’entreprise constituée en société, à commencer par les frais divers qui doivent être pris en compte, ainsi que le système comptable à mettre en place.

Enfin, il traite des trois erreurs les plus courantes en matière d’incorporation, dont celle de négliger la pérennité de l’entreprise. Au fur et à mesure de son évolution, il y aura en effet de nombreuses décisions à prendre qui auront un impact sur la fiscalité de l’entreprise.

« Nous voulions offrir le guide le plus complet possible auquel les entrepreneurs pourraient se référer en cas de besoin », conclut M. Larochelle.

Un livre qui va pour se renseigner sur points suivants


Démystifier les mythes de l’incorporation

  • Pourquoi s’incorporer et la forme juridique à prendre
  • Une fois incorporé, que faire pour se conformer aux lois et règlements
  • Comment gérer l’argent au sein de la société constituée, y compris son financement, les dépenses diverses, etc.
  • Évaluer toutes les questions fiscales et fiscales
  • Étendre l’incorporation à l’immobilier et à d’autres opportunités

Quelques mythes sur incorporation

  • L’incorporation automatique vous permet de payer moins d’impôts
  • Un entrepreneur incorporé est protégé de toute poursuite
  • Dans une société, tous les actionnaires sont égaux



journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.