Skip to content
« Derrière la mise en scène franco-algérienne, de lourds enjeux stratégiques »

[ad_1]

Le président français Emmanuel Macron et le président algérien Abdelmadjid Tebboune après une conférence de presse conjointe au palais présidentiel d’Alger. LUDOVIC MARIN / AFP

FIGAROVOX/ENTRETIEN – Il n’est pas illégitime pour Emmanuel Macron de se rendre à Alger si, comme on peut l’espérer, au-delà des éternelles questions de mémoire, les entretiens bilatéraux portent avant tout sur les questions stratégiques de l’heure, explique le professeur d’histoire contemporaine du Maghreb.

Normalien et agrégé d’histoire, professeur d’histoire des sociétés berbères et arabes contemporaines à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, Pierre Vermeren est l’auteur de nombreux ouvrages salués par la critique. Il publie « Histoire de l’Algérie contemporaine » (éditions Nouveau Monde, 2022) et a dirigé l’ouvrage collectif « Comment peut-on être berbère ? Amnésie, renaissance, soulèvements » (éditions Riveneuve, 2022).


LE FIGARO. – La perplexité règne sur les véritables objectifs de la visite d’Emmanuel Macron en Algérie. Que pensez-vous qu’ils sont?

Pierre VERMEREN. – La perplexité vient de deux choses. La première est que l’Algérie est à la fois une affaire intérieure et une affaire extérieure à la France. Suivant les autorités et les médias publics, on ne parle de ce pays et de cette visite que des affaires intérieures françaises (mémoire, islam, pieds-noirs, immigration, déportations à la frontière, etc.). Mais l’essence de ce voyage, ce sont les questions internationales…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

La liberté c’est aussi aller au bout d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

[ad_2]

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.