Skip to content
Des comptes Facebook piratés pour escroquer


Des Québécois se sont fait pirater leur compte Facebook par des fraudeurs qui utilisent leur profil pour arnaquer les acheteurs sur la populaire plateforme de vente en ligne Marketplace.

Une fois qu’ils ont pris le contrôle d’un profil Facebook, les fraudeurs l’utilisent, entre autres, pour vendre des conteneurs maritimes qui ne seront jamais livrés.

Les prix des conteneurs ont augmenté pendant la pandémie. Sur Marketplace, cette marchandise est parfois affichée aux deux tiers ou à la moitié du prix réel, raconte Éric Mervicini, commercial de SEA Containers Les bonnes affaires sont un bon indicateur d’arnaque, précise-t-il à l’équipe de J, dont l’émission sera diffusée ce soir.


Des comptes Facebook piratés pour escroquer

Photo tirée de la place de marché Facebook

Plusieurs témoignages

L’équipe a retrouvé cinq personnes qui prétendent avoir été victimes d’usurpation d’identité sur les réseaux sociaux. C’est le cas de Stéphane St-Georges, un auteur-compositeur de Saint-Hyacinthe.

Notre équipe l’a rencontré pour la première fois puisqu’il vendait des conteneurs. Pourtant, ce n’est pas lui qui avait publié l’annonce.

« J’ai réalisé que parce que je n’arrivais plus à m’intégrer [mon profil]. Je ne peux plus rien faire. J’ai porté plainte sur Facebook. »

Le profil Facebook d’une femme de Saint-Jean-sur-Richelieu a également été piraté. Il a posté une photo d’un conteneur à vendre pour 4 800 $ sur Marketplace.

La personne derrière le compte demandait un dépôt par virement Interac pour réserver la propriété. Cependant, la photo et le conteneur appartiennent à la société Conteneurs SEA, qui confirme n’avoir aucun lien avec le profil.

millions chaque jour

Facebook se défend en affirmant que des millions de faux comptes sont bloqués chaque jour.

« On traite plus efficacement les faux comptes grâce à l’intelligence artificielle », écrit un conseiller de l’agence Tact pour le compte du réseau social.

La Sûreté du Québec confirme que les plaintes pour escroquerie via Facebook Marketplace sont en hausse. Depuis 2021, un peu moins de 20 % des cas de fraude signalés ont donné lieu à des arrestations.

Son adresse utilisée à son insu

L’adresse d’une Québécoise a été usurpée pour ouvrir une entreprise de conteneurs maritimes, qui annonçait des marchandises sur Facebook Marketplace.

Sur le site de MCZ Containers, il est encore indiqué que le siège social est situé au Québec. C’est en fait la maison de Nancy dans le quartier de Neufchâtel.

Nancy a accepté de parler de son histoire en demandant que son nom de famille ne soit pas publié.

« En mai 2022, nous avons reçu une lettre du gouvernement du Québec […]. Nous avons pensé que c’était bizarre. Deux jours plus tard, une personne est venue chercher un de ses amis qui avait commandé un conteneur. Il avait payé 2 000 $. »

Ils frappent à sa porte

Des acheteurs se sont présentés chez lui, à la recherche de conteneurs. Elle a dû leur dire qu’elle n’avait rien à voir avec l’entreprise. Il y a quelques mois, elle se demandait même : « Quelqu’un qui est vraiment choqué par la situation va-t-il devenir agressif ? »

Heureusement, Nancy n’a pas reçu la visite d’acheteurs depuis que nous l’avons rencontrée au début de l’été.

La police de Québec n’a pas voulu prendre sa plainte, dit-elle.

« Toutes les informations liées à ces cas sont collectées et reliées entre elles, ce qui conduit à des opérations plus étendues », a écrit David Pelletier, de la police du Québec.

Les autorités l’ont référée au Centre antifraude de la GRC, qui ne recueille que des informations.

L’immatriculation de MCZ Conteneurs a été radiée au Registraire des entreprises. L’entreprise n’a pas répondu à nos appels.

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.