Skip to content
Des frappes aériennes dans le Tigré éthiopien tuent plus de 100 civils cette année
 | Meilleurs articles

Nouvelles d’aujourd’hui Nouvelles du monde

Le bureau des droits de l’homme de l’ONU affirme qu’au moins 108 civils ont été tués et de nombreux autres blessés dans plusieurs frappes aériennes qui auraient été menées par l’armée de l’air éthiopienne dans la région du nord du Tigré depuis le début de la nouvelle année.

Au cours des deux dernières semaines, des frappes aériennes ont touché l’Institut d’enseignement et de formation techniques et professionnels du Tigré, un camp pour personnes déplacées, une minoterie, un minibus privé et de nombreuses autres cibles civiles.

La porte-parole du bureau des droits de l’homme de l’ONU, Liz Throssell, a déclaré que le nombre de morts et de blessés est basé sur des informations recueillies auprès de différentes sources par des collègues surveillant la situation en Éthiopie.

« La frappe aérienne la plus meurtrière à ce jour, qui a touché le camp de personnes déplacées de Dedebit le 7 janvier, a fait au moins 56 morts et 30 autres blessés. Nous avons depuis établi que trois de ceux qui ont été grièvement blessés sont décédés plus tard à l’hôpital alors qu’ils recevaient des soins médicaux, portant le nombre de morts de cette seule frappe à au moins 59 », a-t-elle déclaré.

Throssell dit que les observateurs continuent de recevoir des rapports profondément troublants faisant état de victimes civiles et de destruction de sites civils résultant de frappes aériennes dans le Tigré.

« Nous appelons les autorités éthiopiennes et leurs alliés à assurer la protection des civils et des biens de caractère civil, conformément à leurs obligations en vertu du droit international. Toute attaque, y compris les frappes aériennes, doit pleinement respecter les principes de distinction, de proportionnalité et de précautions lors de l’attaque… Le non-respect des principes de distinction et de proportionnalité pourrait constituer des crimes de guerre », a-t-elle déclaré.

Le gouvernement éthiopien n’a pas commenté les allégations de responsabilité des frappes aériennes au Tigré.

Les Nations Unies rapportent que des dizaines de milliers de personnes ont été tuées et près de deux millions de personnes déplacées depuis le conflit entre les forces gouvernementales pro-éthiopiennes et les forces tigréennes qui a éclaté en novembre 2020. Selon elles, 5,2 millions de personnes ont besoin d’une aide vitale, dont 400 000. vivent dans des conditions proches de la famine.


Derniers titres d’actualités Nouvelles de renard
voanews eurp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.