Actualités françaises

des huissiers disent avoir reçu « un ou deux euros »

[ad_1]

Deux des huissiers jugés pour racket de commerçants dans l’un des plus grands marchés d’Île-de-France ont assuré lundi n’avoir touché qu’une poignée d’euros de pourboires par commerçant, au premier jour de leur procès à Versailles.

Ces deux hommes comparaissent jusqu’à jeudi aux côtés de six autres – dont un ancien élu de « Manipulation de témoins– dans une importante affaire d’extorsion sur le marché du quartier populaire du Val Fourré à Mantes-la-Jolie, ville de près de 45 000 habitants de la lointaine banlieue parisienne.

Karim S., aujourd’hui âgé de 43 ans, a été souscripteur de 2010 à 2018, c’est-à-dire qu’il a perçu le droit de place sur ce marché. Entre 2010 et 2019, il a déposé de l’argent liquide sur ses comptes : plus de 79 000 euros. Crâne rasé, barbe et doudoune noire, Karim S. a expliqué au tribunal correctionnel qu’il avait gagné cet argent en liquide auprès d’un commerce »à l’étranger« .

Un autre prévenu, en charge de la sécurité des marchés depuis 2013, a mis plus de 167.000 euros en espèces sur ses comptes durant la même période, constate le président. Il était absent à l’audience, malade selon son avocat.

Sur le marché, Karim S. a assuré qu’il recevait parfois des pourboires de « un ou deux eurospar marchand. Plus de « cinq euros», abonde un autre prévenu qui était aussi huissier, Taoufik E., aujourd’hui âgé de 41 ans. Usage courant sur les marchés, assurent-ils.

Rien à voir avec les montants mis au jour par l’enquête. Le parquet dénonce un système basé sur l’exigence de pourboires obligatoires permettant «doubler les fraisen échange d’un bon emplacement. Quand le marché a bougé en 2018, le prix même d’une place pouvait monter jusqu’à 12 000 euros, »même 20 000 euros« .

VOIR ÉGALEMENT – Bure : ouverture du procès en appel des opposants au projet d’enfouissement des déchets radioactifs

« Faire passer un message »

L’affaire a débuté en 2013 par une lettre anonyme. L’enquête, classée sans suite pour un délit insuffisamment caractérisé, a été relancée en 2014 à la suite d’un article du Canard Enchaîné.

Les nombreux témoignages de commerçants, faisant « allusion à une mafia, à la terreur qui règne», ont été pour la plupart recueillis sous couvert d’anonymat, par crainte de représailles. Des camions de commerçants ont été incendiés au cours de l’enquête. « J’ai passé trente mois en détention et je n’ai jamais été confronté à des personnes m’impliquant», déplore Karim S. à la barre.

« Pourquoi ces personnes chercheraient-elles à vous faire du mal ?demande un juge. « Je ne sais pas. Je m’entendais très bien avec eux.», répond le prévenu. « Avais-tu peur?», interroge Didier Seban, avocat de la mairie actuelle DVD, partie civile. « Pas du tout», assure Karim S. L’avocat cite un commerçant qui dit avoir déboursé plusieurs milliers d’euros pour obtenir une place. « Il ment», déclare Karim S.

Un troisième huissier, au casier judiciaire vierge contrairement aux autres, a déclaré lundi que le juge des libertés et de la détention avait assuré «Protégez-leen le plaçant en détention provisoire. « On m’a dit que si je sortais, ils croiraient que j’avais parlé« . Les larmes lui montent aux yeux quand il parle de son « six mois de détention« . Prison commepremier contact» avec justice, c’est «très violent», reconnaît le président. « Dans ce cas, de nombreuses personnes se demandent qui a fourni les informations», souligne-t-elle.

Parmi les dix courriers anonymes, certains évoquent une possible approbation de l’ancien maire de Mantes-La-Jolie et actuel président LR du conseil départemental, Pierre Bédier. L’argent servirait notamment à financer des campagnes municipales. Entendu lors de l’enquête, M. Bédier n’a pas été mis en cause.

« Cette histoire de donner de l’argent aux élus est vraie ou pas ?demande un juge. « C’est faux», déclare Karim S. For Me Steeve Ruben, avocat de Taoufik E., «considérations politiquesfaire la lumière sur le dossier. Selon lui, « opposition municipale » pourrait « veux envoyer des messages» en période électorale.

[ad_2]

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page