L'Europe

Des manifestants COVID et des policiers anti-émeute s’affrontent dans la cinquième plus grande ville de Chine

[ad_1]

La police anti-émeute vêtue de combinaisons de matières dangereuses blanches a affronté des manifestants dans le centre de fabrication chinois de Guangzhou mardi soir.

La colère dans la cinquième plus grande ville de Chine envers les verrouillages stricts du COVID a bouillonné dans de violentes mêlées avec la police la nuit dernière, marquant une escalade des troubles qui ont éclaté ce week-end.

À la suite de manifestations à Shanghai, Pékin et ailleurs, les affrontements surviennent alors que la Chine affiche un nombre record de cas quotidiens de COVID, tout en assouplissant légèrement les restrictions dans la région sud autour de Guangzhou par les responsables de la santé.

Dans une vidéo publiée sur Twitter, des dizaines de policiers anti-émeute en tenue de pandémie entièrement blanche, tenant des boucliers au-dessus de leur tête, ont avancé en formation sur ce qui semblait être des barrières de verrouillage démolies alors que des objets volaient vers eux.

Des policiers ont ensuite été vus escortant une rangée de personnes menottées vers un lieu inconnu.

La plus grande vague de désobéissance civile en Chine depuis les manifestations de la place Tiananmen en 1989 survient au milieu d’un ralentissement de l’économie du pays, qui a connu une croissance vertigineuse pendant des décennies.

Cette ère de prospérité, qui a vu des centaines de millions de personnes sortir de la pauvreté, faisait partie intégrante du contrat social entre le Parti communiste au pouvoir et l’ensemble de la population.

Certains des manifestants du week-end ont exprimé de rares critiques à l’encontre du président Xi Jinping, l’appelant à démissionner.

En prenant le pouvoir il y a 10 ans, Xi a présidé à une importante répression des libertés, à l’emprisonnement massif de la population musulmane ouïghoure de Chine et a sapé la quasi-indépendance de Hong Kong.

Des manifestations ont été déclenchées samedi après la mort d’au moins 10 personnes dans l’incendie d’un appartement la semaine dernière à Urumqi dans la région du Xinjiang au nord-ouest. Les gens se sont plaints que les restrictions COVID ont entravé les efforts de sauvetage, bien que les autorités le nient.

Un autre enregistrement vidéo de mardi soir mis en ligne montrait des personnes lançant des objets sur la police, tandis que dans un troisième des gaz lacrymogènes ont été vus atterrir au milieu d’une petite foule dans une rue étroite. Les gens ont couru pour échapper aux émanations nocives.

Reuters a confirmé que les vidéos provenaient de Guangzhou, qui a connu des troubles liés au COVID il y a deux semaines.

La Chine est l’un des derniers pays au monde à avoir encore des politiques strictes de « zéro COVID ».

Ceux-ci ont conduit à un taux d’infection et de mortalité nettement inférieur à celui d’endroits comme les États-Unis. Mais les dirigeants font face à des plaintes croissantes concernant l’énorme coût économique et humain alors que les entreprises ferment et que les familles sont isolées pendant des semaines avec de la nourriture et des médicaments limités.

Cependant, il pourrait vérifier quand les clips ont été pris, ce qui a déclenché les affrontements ou l’ordre exact dans lequel les événements se sont déroulés.

China Dissent Monitor, dirigé par Freedom House, a estimé qu’au moins 27 manifestations ont eu lieu à travers la Chine de samedi à lundi.

Le groupe de réflexion australien ASPI a estimé ce chiffre à 43 manifestations dans 22 villes.

[ad_2]

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page