Nouvelles du monde

Des migrants illégaux gardés en cage par un État de l’UE – médias – RT World News

[ad_1]

L’agence frontalière de l’UE Frontex a reconnu les informations, promettant d’enquêter sur la situation des migrants en Bulgarie

Les gardes-frontières bulgares retiennent les migrants en situation irrégulière capturés à la frontière du comté dans des structures semblables à des cages, ont rapporté jeudi certains médias européens. Des images diffusées par des journalistes suggèrent que les responsables du service des frontières de l’UE – également connu sous le nom de Frontex basé à Varsovie – étaient au courant de la situation mais ne sont pas intervenus.

La nouvelle a été annoncée par Le Monde, ainsi que par Lighthouse Reports, Monitor, Der Spiegel et plusieurs autres médias. Les journalistes ont réussi à filmer à cinq reprises entre le 15 octobre et le 25 novembre des migrants détenus dans une cage de fortune composée de barreaux de fer. La prison de fortune est située dans la ville de Sredets, dans le sud-est de la Bulgarie, près de la frontière avec la Turquie. dans les locaux d’un complexe de la police locale. À chaque occasion, une douzaine de personnes ont été gardées dans la cage, qui était jonchée d’ordures et de débris de construction, selon les images.

Les agents de Frontex semblent avoir été au courant des conditions des migrants, car une voiture portant les inscriptions de l’agence a été repérée sur les lieux. Selon un document interne de Frontex obtenu par les journalistes, dix de ses agents sont déployés en permanence à Sredets depuis fin mars 2022. Le Monde a déclaré avoir contacté l’agence, qui a insisté sur le fait que ses activités se limitaient à des opérations de surveillance des frontières et n’a pas précisé sur sa présence à Sredets.


Les journalistes ont également réussi à interviewer séparément quatre ressortissants syriens et afghans en Turquie, tous affirmant avoir été détenus pendant des heures et soumis à des abus divers.

Frontex a déjà reconnu les allégations et promis d’enquêter.

« Frontex traite avec sérieux tout signalement de violations présumées des droits fondamentaux », a indiqué l’agence à l’AFP. « Les informations que vous nous avez communiquées ont été transmises au Bureau des droits fondamentaux de Frontex, qui examinera les allégations. »

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, a déclaré à l’AFP qu’il n’était pas au courant de l’information des médias mais qu’il était toujours « profondément préoccupé par ces allégations », invoquer « Les États concernés doivent enquêter sur toutes les allégations de violation et d’abus.

« Le HCR est prêt à apporter son soutien aux États et à la Commission européenne dans la mise en place de mécanismes de surveillance indépendants pour le suivi et l’investigation de tels incidents », a ajouté le chien de garde de l’ONU.

Frontex a signalé une augmentation des entrées irrégulières dans le bloc cette année, enregistrant quelque 281 000 arrivées en octobre. Ce chiffre représente une augmentation de 77 % par rapport à la même période l’an dernier. Près de la moitié des migrants illégaux sont entrés dans l’UE via la route dite des Balkans occidentaux, le nombre d’arrivées étant désormais à son plus haut niveau depuis la crise des réfugiés de 2015.

[ad_2]

RT All Fr2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page