Skip to content
Des militants kurdes attaquent la police turque et se tuent

Deux militants kurdes présumés ont ouvert le feu sur la police dans le sud de la Turquie et se sont ensuite tués en faisant exploser des bombes suicides, a déclaré le ministre turc de l’Intérieur. Un policier a été tué dans l’attaque tandis qu’un deuxième policier et un civil ont été blessés.

L’attaque a été menée lundi soir dans le district de Mezitli, dans la province côtière méditerranéenne de Mersin, par deux femmes affiliées au Parti des travailleurs du Kurdistan, ou PKK, interdit, a déclaré le ministre de l’Intérieur Suleyman Soylu aux journalistes.

Ils ont tiré sur des policiers qui gardaient un hôtel pour les agents de sécurité, déclenchant des affrontements entre eux et la police et un groupe de gardiens de nuit qui se sont précipités sur les lieux, a déclaré Soylu.

« Les femmes terroristes ont été blessées lors de ces affrontements. Alors que les affrontements se poursuivaient, deux explosions distinctes ont été entendues », a déclaré le ministre. « Parce qu’ils étaient blessés, ils ont compris qu’ils ne pourraient pas s’échapper et ils se sont (tués) eux-mêmes. »

Soylu a déclaré qu’une femme qui était assise sur un balcon près de la scène a été touchée par une balle perdue lors des affrontements. Ni elle ni le deuxième policier n’ont été gravement blessés, a-t-il déclaré.

Il n’y a pas eu de commentaire immédiat du groupe militant.

Le PKK est considéré comme une organisation terroriste en Turquie, en Europe et aux États-Unis. Il a mené une insurrection armée contre l’État turc depuis 1984 et le conflit a tué des dizaines de milliers de personnes depuis lors.

Un fragile cessez-le-feu et des pourparlers de paix entre l’État et le PKK ont échoué à l’été 2015.

voanews eurp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.