Skip to content
Des millions de dollars d’Ottawa pour des entreprises très riches


Le ministère des Ressources naturelles du gouvernement Trudeau prête environ 9 millions de dollars aux compagnies pétrolières Suncor et Shell avec un programme pour les aider à installer leurs bornes de recharge.

• Lire aussi : Ce Cyberquad est un grand succès, mais seulement aux États-Unis.

• Lire aussi : Nissan accélère l’électrification de ses véhicules

• Lire aussi : Tesla : des freins aussi chers qu’une Honda Civic !

« Nous parlons d’entreprises de plusieurs milliards de dollars. Ce n’est pas aux contribuables de payer leurs pompes à essence, donc il ne faut pas payer pour les bornes », déplore dans un entretien à la Un journal Renaud Brossard, directeur québécois de la Fédération canadienne des contribuables (FCC).

« Tesla gagne de l’argent en vendant de l’électricité avec ses bornes. C’est comme si le contribuable payait deux fois », ajoute-t-il.

Au total, le géant pétrolier anglo-néerlandais Shell, qui a subi des pertes de plus de 21 milliards de dollars l’an dernier, obtiendra des prêts de 3,95 millions de dollars d’Ottawa.

Pour le canadien Suncor (dont Petro-Canada), qui a enregistré des pertes de 4,3 milliards de dollars l’an dernier dans le monde, il s’agira de prêts de 5 millions de dollars.

Chez Tesla, dont les bénéfices versés aux actionnaires ont dépassé les 721 millions de dollars en 2020, la valeur des prêts sera d’environ 5 millions de dollars.

Assez rarement, la société d’État Hydro-Québec obtient également, aux côtés des multinationales du programme, quelque 9,7 millions de dollars pour 194 bornes de recharge.


Des millions de dollars d’Ottawa pour des entreprises très riches

Photo de courtoisie

Au Québec, Tesla a commencé à implanter son propre réseau de compresseurs jusqu’à Baie-Saint-Paul.

Remboursement

À Un journal, Ian B. Cameron, directeur des communications au cabinet du ministre des Ressources naturelles, Jonathan Wilkinson, a précisé que les contributions fédérales sont remboursables.

« Le projet sera surveillé pendant 10 ans après son achèvement et des rapports de remboursement seront exigés chaque année pour déterminer le montant à rembourser au gouvernement du Canada », a-t-il déclaré.

Il ajoute que durant cette période, s’il y a un profit, l’entreprise « sera tenue de rembourser le financement » au prorata de celui obtenu d’Ottawa.

Pour Philippe Crabbé, professeur émérite d’économie des ressources naturelles à l’Université d’Ottawa, il faut rappeler que toutes les entreprises sont éligibles au programme Initiative pour le déploiement d’infrastructures pour les véhicules électriques et les carburants alternatifs.

 » Aucun problème « 

« Les millions accordés sont le plus souvent destinés aux sociétés de gaz naturel pour les stations de ravitaillement en gaz naturel ou en hydrogène qui sont plus chères que les bornes électriques. Je n’y vois pas de problème », a-t-il analysé.

« Il est normal qu’un gouvernement s’implique dans de nouvelles technologies prometteuses pour l’environnement. Il faut le faire équitablement », a plaidé Pierre Langlois, consultant en mobilité durable et auteur.

Pour Daniel Breton, directeur de Mobilité électrique Canada (MEC), Ottawa fait bien d’agir. « Les stations-service doivent avoir des bornes. Quelle que soit l’entreprise, l’idée est qu’elle soit encouragée dans sa transition », a-t-il conclu.

– Avec Jean-Michel Genois Gagnon

Suncor 5 millions de dollars

  • 102 bornes de recharge
  • Valeur marchande : 45 milliards de dollars

Coquille 3,95 M$

  • 79 bornes de recharge
  • Valeur marchande : 215 milliards de dollars

Vous êtes ici 5 millions de dollars

  • 129 bornes de recharge
  • Valeur marchande : 1 400 milliards de dollars

(Source : Initiative pour le déploiement d’infrastructures pour les véhicules électriques et les carburants alternatifs – Promoteurs retenus – Phase 2, Ministère fédéral des Ressources naturelles)

journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.