Skip to content
Des vaccins anti-COVID fabriqués dans une usine de Boucherville ?

 | Mises à jour de dernière minute

Derniers titres d’actualités Actualités d’aujourd’hui

Une pharma française espère obtenir une aide de 100 millions de dollars de Québec et d’Ottawa pour fabriquer des vaccins anti-COVID-19 à Boucherville, en banlieue de Montréal.

• Lire aussi : Québec serre encore la vis : pas de vaccin, pas de grand magasin

• Lire aussi : Vaccination obligatoire dans les commerces : « Un canon pour tuer une mouche »

• Lire aussi : 3e dose : le Québec n’a pas suivi les conseils de l’INSPQ « par souci d’efficacité »

Début janvier, Delpharm Industrie a ajouté une inscription au Registre des lobbyistes dans laquelle elle exprimait son désir d’obtenir « environ 55 millions de dollars au niveau provincial, et un montant similaire au niveau fédéral dans le cadre du programme de biofabrication ».

Nouveau bâtiment, lignes de remplissage, mise à niveau… Delpharm détaille ce qu’elle compte faire en sol québécois avec l’aide publique.

« Demande de subvention pour la modernisation et l’augmentation des capacités de l’usine située au 121 rue Jules Léger, Boucherville J4B 7K8, notamment pour la fabrication potentielle de vaccins COVID-19 », peut-on lire.

L’adresse mentionnée est celle de l’ancien Sandoz Development Center, propriété de Novartis, qui n’a pas pu répondre à nos questions, et a renvoyé la balle à Delpharm, qui a refusé d’accorder une interview.

« Nous travaillons toujours sur ce sujet donc il serait prématuré de faire cet entretien », a répondu par mail son directeur général adjoint, Stéphane Lepeu, coupant court à nos questions.

Rarement, après Le journal avait contacté Delpharm, des éléments ont disparu du Registre des lobbyistes en raison d’une « demande d’ordonnance de confidentialité » transmise au Commissaire au lobbyisme du Québec (CLQ).

« L’ordonnance de confidentialité a été demandée et est actuellement en cours d’examen par le CLQ. Une décision doit être rendue sous peu par le commissaire », a expliqué sa porte-parole Marie-Noëlle Saint-Pierre.

DEs Français Déjà présent ici

Delpharm a son siège à Boulogne-Billancourt, France. Ses 5 500 employés fabriquent un milliard de boîtes de médicaments par an. Elle compte 18 sites, dont un à Pointe-Claire. Son chiffre d’affaires est d’environ 1,3 milliard de dollars.

En France, Delpharm a fabriqué les vaccins anti-COVID-19 « Made in France » avec Pfizer / BioNTech.

En avril dernier, le président français Emmanuel Macron a visité l’usine pharmaceutique de Saint-Rémy-sur-Avre, qui commençait à fabriquer le vaccin.

Au Québec, cependant, Pfizer n’est pas impliqué dans le projet Delpharm Boucherville, selon la porte-parole de la multinationale, Christina Antoniou.

Chez Médicago, qui a pour actionnaire majoritaire une holding du géant japonais Mitsubishi Tanabe Pharma Corporation, ils disent également ne pas être au courant du dossier. Moderna n’a pas répondu à nos questions.

Pas de réunion

Ces derniers jours, le cabinet du ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, et celui du ministre fédéral de l’Innovation, François-Philippe Champagne, ont tour à tour indiqué ne pas avoir eu de rencontre avec Delpharm.

Hier, Montréal International (MI), qui a le mandat d’attirer chez nous des investissements directs étrangers et des organisations internationales, a confirmé travailler avec Delpharm, sans pouvoir en dire plus.

« Delpharm est l’une des nombreuses filiales que nous appuyons dans le grand Montréal. Cependant, nous sommes liés par un accord concernant la confidentialité de tout projet », a conclu l’organisation.

– Avec la collaboration d’Olivier Bourque

A voir aussi




Meilleures nouvelles Nouvelles locales

journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.