Skip to content
Deux Russes et Ukrainiens arrêtés pour espionnage présumé en Albanie


Deux Russes et un Ukrainien ont été arrêtés pour espionnage présumé dans une usine militaire du sud de l’Albanie, a annoncé samedi le ministère albanais de la Défense.

« Quelle fierté pour les gardes militaires qui ont neutralisé trois individus soupçonnés d’espionnage », a écrit le Premier ministre Edi Rama sur Twitter, ajoutant : « Attendons maintenant la clarification complète de cet événement ».

L’homme russe identifié uniquement comme MZ, 24 ans, a été arrêté après être entré sur le terrain de l’usine de Gramsh, à 80 kilomètres au sud de la capitale, Tirana, et avoir pris des photos, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Deux gardes militaires ont été blessés par ce qui serait un type de spray paralysant utilisé par les Russes alors qu’ils résistaient à leur arrestation, a-t-il ajouté.

Une autre femme russe, ST, 33 ans, et un Ukrainien, FA, 25 ans, ont été arrêtés à l’extérieur du complexe et leur véhicule a été bloqué, a indiqué le ministère.

« Trois personnes étaient accompagnées par la police qui, en coopération avec d’autres institutions, enquête sur l’affaire », indique le communiqué, ajoutant que la police militaire, la police du renseignement de l’armée et la police civile et antiterroriste se coordonnent sur l’affaire.

Les deux gardes de l’armée blessés par les embruns ont été transportés dans un hôpital militaire pour des soins médicaux.

L’usine militaire de Gramsh a ouvert ses portes en 1962 pour produire des copies sous licence des fusils AK-47 Kalachnikov.

Après la chute du communisme en 1990, il a arrêté la production et a plutôt commencé à démanteler les vieilles Kalachnikovs et autres petites armes. Il répare également d’autres armes de l’armée.

L’Albanie, membre de l’OTAN depuis 2009, a fermement renoncé à l’invasion de l’Ukraine par la Russie et a adhéré aux sanctions de l’Union européenne et des États-Unis contre Moscou.

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.