Skip to content
Discriminations au restaurant L’Avenue à Paris : révélations sur un…

[ad_1]



La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Cet été encore, quelques affaires ont rappelé combien les discriminations étaient ancrées dans le monde de l’hôtellerie-restauration. Fin juillet, Restaurant le Manko, établissement chic du VIIIe arrondissement de Paris, était accusé, vidéo à l’appui, de refuser l’entrée aux personnes noires. Peu de temps après, une enquête menée par SOS Racisme révélant le système discriminatoire opéré par des plagistes de Juan-les-Pins (Alpes-Maritimes) pour refuser de louer des transats aux clients d’origine maghrébine. Mais après l’indignation médiatique et politique, qu’en est-il de l’issue de ces affaires une fois que la justice s’empare ?

Le cas du restaurant L’Avenue, restaurant huppé lui aussi situé avenue Montaigne dans le VIIIe arrondissement de Paris, est significatif. En 2018, lorsque le média BuzzFeed révèle le système discriminatoire mis en place par la direction de cet établissement appartenant au groupe Costes, les réactions sont vives et les plaintes nombreuses. Le directeur Alexandre Denis est alors accusé de refouler au maximum les femmes portant un voile ou les personnes ayant un nom à consonance arabe.

Le restaurant L’Avenue à Paris. © Photo Nasser Berzane / Abaca

D’après de nombreux documents et le témoignage de serveuses et d’hôtesses, la méthode était bien rodée. « À chaque fois qu’une hôtesse s’est livrée à une réservation d’un client avec un nom arabe, il (le directeur) demandait qui avait pris cette réservation et rappelait la consigne de les refuser autant que possible en faisant croire que le restaurant est complet »témoignait d’une serveuse.

[ad_2]

mediapart

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.