Skip to content
Diva, 37°2 du matin, La Lune dans le caniveau… les six films de Jean-Jacques Beineix

 | Nouvelles d’aujourd’hui

Mises à jour de dernière minute Titres d’aujourd’hui

Libre, onirique et poétique, la filmographie du cinéaste décédé ce vendredi à l’âge de 75 ans, compte six films, dont d’énormes succès populaires.

La salle de bain de Diva, baigné de la lumière bleue de Jacques Monory et de la musique de Puccini, écouté à l’écran par Bohringer dans sa baignoire. La cuisine 37°2 degrés le matin. La bibliothèque de Transfert mortel… Les décors de Jean-Jacques Beineix, décédé d’une longue maladie à l’âge de 75 ans, vendredi 14 janvier, resteront comme l’émanation d’une vision d’artiste libre et onirique. Sa filmographie ne compte que six films mais laisse des moments de cinéma inoubliables.

Diva , 1981

C’est le premier film du réalisateur à remporter quatre Césars. Adapté du roman de Daniel Odier, le film explore la fascination d’un jeune facteur pour la diva Cynthia Hawkins et marquait déjà par sa dimension esthétique et poétique.

Avec Frédéric Andréi, Richard Bohringer et Gérard Darmon.

La lune dans le caniveau , 1983

Gérard (Gérard Depardieu) est docker, il vit entre une baraque sordide et des bars miteux, comme le Mikado. Il continue de traîner et de retourner là où sa sœur Catherine s’est suicidée après avoir été violée. Gérard a juré de retrouver l’agresseur. Sa vie bascule lorsqu’il rencontre une fille de rêve, Loretta, une belle créature des quartiers chics. Il tombe amoureux…

Avec Gérard Depardieu, Nastassja Kinski et Victoria Abril, d’après le roman « La lune dans le caniveau » par David Goodis.

37°2 degrés le matin , 1986

La sulfureuse histoire d’amour entre Zorg et Betty, qui a lancé l’actrice Béatrice Dalle, est le plus grand succès du réalisateur.

Avec Béatrice Dalle et Jean-Hugues Anglade, d’après le roman de Philippe Djian.

L’actrice lui a rendu un bel hommage sur Instagram :Zorg et Betty sont orphelins… Une des plus belles pages de ma vie vient de se tourner… Je t’aime« , écrit en majuscules.

Roselyne et les Lions , 1989

Thierry travaille dans un zoo en échange de leçons que lui donne le dresseur de lions Frazier. Il rencontre Roselyne et les deux amants sont engagés dans un cirque munichois, elle comme dresseuse et lui comme dresseur. Plus que le cirque, le film évoque la création artistique.

Avec Isabelle Pasco et Gérard Sandoz.

IP 5 – L’île aux pachydermes, 1992

Tony, 20 ans, couvre les murs de Paris de ses tags, en compagnie de Jockey, un gamin noir impertinent et fou de rap, qui vit dans un appartement miteux avec son père ivre. Un soir, il le retrouve plongé dans un coma alcoolique, et appelle en urgence une infirmière. Dès qu’il la voit, il tombe amoureux d’elle. Il la poursuit, elle le rejette et se rend à Toulouse. Rançonné par des skinheads, Tony est contraint de livrer un étrange chargement à Grenoble : des nains lumineux pour jardins. Le dernier film d’Yves Montand, décédé en fin de tournage.

Avec Yves Montand, Olivier Martinez et Géraldine Pailhas.

Transfert mortel , 2001

Le dernier film du cinéaste est à nouveau un thriller. Michel Durand, psychanalyste, mène une vie très tranquille jusqu’au jour où un de ses patients s’est étranglé lors de sa consultation alors qu’il s’endormait. Pris de panique, il se débarrasse du corps pendant que le commissaire Chapireau (Denis Podalydès) enquête et que le mari recherche sa femme.

Avec Jean-Hughes Anglade, Hélène de Fougerolles, Denis Podalydès et Robert Hirsch, d’après le roman de Jean-Pierre Gattégno.




Meilleures nouvelles Nouvelles du monde

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.