Skip to content
Dix millions $ de plus pour traiter l’eau potable à Saint-Tite

 |  Derniers titres de l’actualité

Nouvelles locales abc Nouvelles

La ville de Saint-Tite fait face à une très mauvaise surprise, alors que les coûts de mise à niveau de son système d’approvisionnement en eau potable montent en flèche.

La ville avait estimé qu’elle s’en tirerait avec 18 millions de dollars. Cependant, les deux seules offres reçues tournent autour de 28 millions de dollars, donc 10 millions de dollars de plus.

«Je suis très surpris et pas dans le bon sens. Je suis tombé de ma chaise. Vraiment, ce sont des coûts astronomiques », a déclaré la maire Annie Pronovost d’un ton lugubre lorsqu’elle a pris connaissance des prix. Ces travaux d’infrastructure seront les plus importants jamais réalisés dans la Ville.

Ils prévoient de construire une nouvelle prise d’eau, une station d’épuration en plus de la restauration du réservoir et du barrage de 44 mètres qui le ferme. L’eau est puisée dans le lac Éric.

Ce travail est en projet depuis une dizaine d’années. Le maire estime qu’il est désormais nécessaire de mettre l’approvisionnement en eau potable aux normes, mais en respectant la capacité de payer des citoyens. A ce prix le projet pourrait-il être remis en cause ? « À mon avis, nous n’aurons pas le choix d’aller de l’avant. Nous avons envoyé tout cela à la ministre Sonia Lebel. « 

Il est à noter que depuis 2014, la Santé Publique exige que des mesures soient prises pour améliorer la qualité de l’eau potable à Saint-Tite. Deux villages voisins qui y puisent une partie de leur eau sont partenaires du projet. Le maire de Saint-Séverin, Gérard Vandal, a également estimé que si c’est la pandémie qui est responsable de cette inflation, c’est que « la pandémie a le dos large ».




Nouvelles locales abc Nouvelles

journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.