Skip to content
Dure journée pour les Canadiens à Granby


Les Canadiens Marko Stakusic et Juan Carlos Aguilar ont perdu leur drapeau lors de la première ronde du Championnat masculin Banque Nationale, mardi à Granby.

• Lisez aussi : Championnats Banque Nationale : trois Canadiens au deuxième tour

Sur le court central, Stakusic a perdu en deux sets 6-4, 6-4 face au Chinois Juncheng Shang. Le gagnant est la sixième tête de série de cet événement mineur de l’ATP.

Le natif de Mississauga, en Ontario, a tout de même fait preuve d’une grande combativité, sauvant notamment six des huit balles de bris que son rival avait utilisées.

Stakusic, 19 ans, a aligné 65% de ses premières tentatives de service et remporté 71% des échanges disputés dans cette situation. Le 1251e joueur au classement mondial a cependant maintenu un faible taux de réussite de 38% lorsqu’il a dû repartir avec un deuxième ballon.

Au même moment sur le court numéro 4, Carlos Aguilar a été battu 6-2 et 6-4 par le Colombien Nicolas Mejia. Le détenteur du 286e rang mondial s’est imposé en amassant cinq as et en sauvant six des sept balles de break qu’il a affrontées.

De leur côté, les représentants des Maple Leaf Justin Boulais et Liam Draxl n’ont pu disputer leur match de première ronde, en raison de la pluie présente en Estrie en fin de soirée. Ils affronteront donc respectivement le Français Clément Chidekh et l’Australien Jordan Thompson mercredi matin.

Chez les femmes, le duo canadien Cadence Brace et Marina Stakusic n’a pas fait le poids face aux quatrièmes têtes de série, l’Ukrainienne Nadiia Kichenok et la Tchèque Tereza Mihalikova.

Les favoris du public ont été battus en deux sets 6-2, 7-6(1). Toujours en lice dans le volet simple de la compétition WTA, Brace et Stakusic seront de retour sur le terrain mercredi après-midi.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.